EXCLU - Veolia/Borloo : Tapie dément

  • A
  • A
EXCLU - Veolia/Borloo : Tapie dément
Bernard Tapie assure que son ami Jean-Louis Borloo ne prendra pas la tête de Veolia Environnement.@ MAXPPP
Partagez sur :

Proche de Jean-Louis Borloo, il a jugé "ridicule" l’annonce de sa nomination chez Veolia.

Non, Jean-Louis Borloo ne se rendra pas chez Veolia.C'est ce qu'a assuré, en exclusivité sur Europe 1, Bernard Tapie. Il a affirmé, avant le démenti officiel de l'ancien ministre de l'Ecologie, que son ami n'a pas la volonté de remplacer le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, qui serait sur le point d’être débarqué. Et ce, contrairement à ce qu'a annoncé la presse dimanche.

"On lui pose la question. Il dit non"

"Déjà hier (dimanche, ndlr), il a démenti complètement. J’étais là quand il a été interrogé par le journaliste de Libération. Il lui a dit exactement ce que je vous dis : 'si un jour je vais dans le privé, je le ferai, mais ma décision n’est pas prise. Mais en tout état de cause ce ne sera pas Veolia'", a rapporté l'homme politique.

"Qu’est-ce qu’il faut faire de plus ? On lui pose la question, il dit non… Aujourd’hui, c'est comme si on ne lui avait pas posé la question. J’étais avec lui, donc c’est pour ça, que je me permets de vous le dire", a ajouté Bernard Tapie.

"C’est totalement ridicule" :

L'ami de Jean-Louis Borloo a toutefois précisé : "je peux vous dire que ça fait plus de deux ans que plein d’entreprises privées, souvent d’origine internationales, lui proposent de les rejoindre parce que c’est vrai qu’il a une grande expérience du public et du privé".

Et sur les deux projets en état d'avancement dont Libération fait écho, Bernard Tapie a confirmé que l'ancien ministre de l'Environnement était bien sollicité dans le cadre de "deux projets que je connais, de taille internationale, mondiale. Et pour l’instant, il n’a pas donné sa réponse positive parce qu’il n’a pas encore abandonné l’idée d’être au service de son pays. Et comme il n’a pas besoin d’argent parce qu’il l’a gagné, lui, avant de faire de la politique, il est toujours convaincu qu’il a des choses à faire".