EXCLU - Parlement européen : Dati contre-attaque

  • A
  • A
EXCLU - Parlement européen : Dati contre-attaque
Partagez sur :

L’eurodéputée s’indigne qu’on ait retranscrit une "conversation privée" dans un documentaire sur M6.

"C’est disproportionné" : Rachida Dati a réagi, mardi, en exclusivité pour Europe 1, à la polémique née de ses propos sur le Parlement européen, diffusés dimanche dans l’émission 66 minutes, sur M6. On y entendait l’eurodéputée dire à son interlocutrice : "Je suis dans l’hémicycle du Parlement de Strasbourg. J’en peux plus. Je n’en peux plus. Je pense qu’il va y avoir un drame avant que je finisse mon mandat."

Sur le contenu de la conversation. "Je trouve un peu lamentable qu’on ait retranscrit une conversation privée avec une amie, et qui était en fin de journée, après une session." Rachida Dati assure que ses propos "ne concernaient pas l’enthousiasme européen, ni [s]on activité au parlement européen". "Reprenez bien mes propos. A aucun moment je n’émets une réticence, ou un rejet du parlement européen. C’était une conversation sur la vie de tous les jours et sur ma présence au Parlement. C’était à la rentrée, je venais d’arriver au Parlement européen. Quand je suis arrivée ici, j’ai été suivie. Il y avait un intérêt pour les journalistes à voir si j’y étais vraiment. Je peux aussi éprouver un certain agacement. Je suis aussi humaine."

Sur la façon dont M6 a utilisé les propos dans le documentaire. "La conversation a été retranscrite de manière très courte, déconnectée d’ailleurs des propos et des réponses de mon amie sur le sujet. Donc je peux regretter les propos tels qu’ils ont été transcrits." Rachida Dati dit regretter que sa "conversation privée se soit retrouvée dans ce documentaire alors que la journaliste s’était engagée à ne pas retranscrire de conversation privée. C’était un peu le contrat moral (…) Je trouve donc malheureux ce buzz et cette polémique, encore, qui est faite sur le net [l’émission a été diffusée sur M6, ndlr]."

Sur le traitement médiatique qui lui est réservé. "Je trouve qu’on n’aurait pas fait ça à un homme", estime la maire du 7e arrondissement de Paris. "C’est aussi une organisation pour une femme d’avoir son activité familiale et son activité professionnelle. Vous savez, j’arrivais, donc il est normal de prendre ses marques, ça paraît évident. On ne me pardonnera rien, on ne m’a jamais rien pardonné, ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer."

Sur la réaction de Daniel Cohn-Bendit. Rachida Dati se dit "choquée" par les propos du leader d’Europe Ecologie, qui avait estimé que l’ancienne garde des Sceaux n’avait pas sa place au Parlement européen. "En termes de travail et de présence, au Parlement européen, tout est transparent, assure-t-elle. Donc il suffit de voir l’activité de monsieur Cohn-Bendit et la mienne, et vous pouvez les comparer." "D’autre part, poursuit-elle, c’est quelqu’un de pas courageux. Il y a trois semaines, il m’avait donné son accord pour participer à un débat sur le fond, sur l’Europe. Et au dernier moment, il a annulé sa participation parce que j’y étais. Je trouve qu’il n’est pas courageux, et il a été lâche et indigne avec moi."

> Rachida Dati au Parlement européen : "Je n'en peux plus"