Jean-Marie Le Pen veut attaquer le FN en justice d'ici vendredi

  • A
  • A
Jean-Marie Le Pen veut attaquer le FN en justice d'ici vendredi
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Le fondateur du FN compte assigner le parti en justice avant l'université d'été du parti le week-end prochain.

Nouveau rebondissement à prévoir dans la guerre interne au Front national. Jean-Marie Le Pen a reçu en fin de semaine dernière la lettre lui notifiant officiellement son exclusion du parti. Il va désormais contre-attaquer très rapidement en justice, et compte bien parasiter la rentrée de sa fille Marine Le Pen.

Polluer l'université d'été. Concrètement, Jean-Marie Le Pen veut assigner le FN en justice avant vendredi. Pourquoi ? Parce que le parti tient son université d'été ce week-end à Marseille. "C'est plus sympa que d'attendre lundi pour les attaquer", se délecte un proche du "Menhir". "On va leur faire passer une bonne université". L'idée est bel et bien de polluer ce week-end de rentrée en forçant les dirigeants à réagir à ce nouvel épisode judiciaire, eux qui rêvent de tourner la page.

Jean-Marie Le Pen comparé aux Femen. L'avocat de Jean-Marie Le Pen prépare donc l'assignation contre le "jugement" rendu par le bureau exécutif du FN. Dans ce document de 14 pages publié par L'Opinion, la direction reproche au patriarche ses dérapages verbaux, mais aussi son intrusion sur la scène où Marine Le Pen devait prononcer son discours, lors du défilé du 1er mai dernier à Paris. "Un parallèle peut être dressé entre l'attitude de M. Le Pen et celle, quelques minutes après, des Femen, toutes les deux destinées intentionnellement à troubler, nuire, rabaisser et humilier le Front national et sa présidente", peut-on lire dans la décision.

Jean-Marie Le Pen, la "Femen" en parka rouge, ne compte pas laisser passer cela. La justice lui a déjà donné raison trois fois. Son avocat ne veut pas préjuger de l'issue, mais confie : "nous sommes dans une dynamique gagnante, et on a un très bon dossier". Marine Le Pen n'en a pas fini avec les ennuis.