Européennes : le PS prépare avec minutie le meeting Aubry-Royal

  • A
  • A
Européennes : le PS prépare avec minutie le meeting Aubry-Royal
Partagez sur :

Le meeting commun de Martine Aubry et Ségolène Royal aura lieu mercredi à Rezé en Loire-Atlantique. Un événement très attendu pour tenter de booster la campagne du Parti socialiste pour les européennes.

Elles ne se sont toujours pas parlé mais Martine Aubry et Ségolène Royal se retrouveront bien côte à côte mercredi soir à Rezé en Loire-Atlantique. Leurs cabinets et entourages respectifs préparent avec beaucoup de précaution ce meeting très attendu avec les élections européennes du 7 juin prochain.

Officiellement, c’est un meeting comme les autres. La campagne électorale,avec ses traditionnels spots audiovisuels et son affichage public, a commencé lundi et s'achèvera le samedi 6 juin à minuit. Le temps de parole de Martine Aubry et Ségolène Royal mercredi sera donc précisément décompté.

Rezé est "en passe de devenir le symbole du mariage forcé", a ironisé lundi Frédéric Lefebvre. Le porte-parole de l'UMP a déclaré qu'il regarderait "avec attention ce qu'il y a dans la dot", faisant allusion aux nouvelles responsabilités que pourrait assumer Ségolène Royal au sein du Parti socialiste.

En coulisses, la mise en scène sera très étudiée. La première secrétaire du PS et l’ex-candidate à la présidentielle doivent arriver ensemble dans la salle et s’asseoir au premier rang. Ségolène Royal s’exprimera pendant 20 minutes, Martine Aubry prononcera le discours de clôture.

Comment se prépare ce meeting ? L’enquête d’Antonin André :



Objectif de ce meeting commun : tenter de faire lancer réellement le Parti socialiste dans la course au Parlement européen. Car les derniers sondages sont inquiétants. Arnaud Montebourg, le député PS de Saône-et-Loire, a lui-même estimé dimanche sur Europe 1 que le dernier sondage CSA publié sur les intentions de vote pour les européennes n’était "pas bon" pour la gauche. Le PS ne récolte que 21% d’intentions de vote, contre 26% pour l’UMP. L’abstention est elle évaluée à 54%.