Européennes : le cas Lavrilleux divise l'UMP

  • A
  • A
Européennes : le cas Lavrilleux divise l'UMP
@ Reuters
Partagez sur :

Un ancien eurodéputé UMP demande la démission du bras droit de Copé. Un actuel député européen de l’UMP lui répond.

L’INFO. Cela ressemble presque à un règlement de compte. Eurodéputé sortant, Jean-Paul Gauzès, numéro trois sur la liste UMP dans le Nord-Ouest, a perdu son siège à Strasbourg la semaine dernière, son parti n’ayant conquis que… deux places. Mais ce soutien de François Fillon a toujours du mal à encaisser d’avoir dû faire de la place à Jérôme Lavrilleux, imposé par Jean-François Copé. Après les révélations fracassantes de l’ancien directeur de cabinet de l’ancien patron de l’UMP, il demande donc ni plus ni moins sa démission. Ce qui, au passage, lui permettrait de récupérer son poste…

"Tirer les conséquences de ce qu'il a dit". Jean-Paul Gauzès l’a assuré, jeudi sur BFMTV : il fait "ça avec tristesse. (…) C'est une tâche que je ne trouve pas très agréable". Mais, pour lui, Jérôme Lavrilleux ne peut plus assumer sa fonction de député européen. "Je lui demande de tirer les conséquences de ce qu'il a dit et de ce qu'il a reconnu. S'il n'avait pas reconnu, s'il y avait eu une enquête, je respecterais cette situation. Mais là, il a avoué un certain nombre de choses. La conséquence logique, c'est de se retirer au moins de ce mandat", a-t-il déclaré, assurant avoir reçu beaucoup de coups de téléphone allant dans son sens.

"Quand je suis en privé avec eux (les eurodéputés UMP, Ndlr), leur sentiment est le même que le mien."

maxnewsworld360223

"Et le principe de la présomption d’innocence ?" Europe1.fr a donc contacté Philippe Juvin, élu député européen UMP d’Ile-de-France. Autant dire d'emblée qu’il n’est pas vraiment d’accord avec son ancien collègue : "Et le principe de la présomption d’innocence ? L’aveu ne constitue pas un jugement, et tant que l’on n’est pas jugé, on est innocent. En démocratie, il y a des règles. Donc je ne vois pas pourquoi, en l’état, Jérôme Lavrilleux devrait démissionner. S’il est reconnu coupable, ce sera alors au parlement européen de se prononcer." Et d’ajouter à destination de Jean-Paul Gauzès : "la précipitation n’est jamais bonne conseillère." Joint par Europe1.fr, Alain Cadec, élu eurodéputé de l’Ouest, n’a, lui, "pas souhaité commenter ces déclarations." Les autres élus étaient injoignables.

Quant à Daniel Cohn-Bendit, figure historique du parlement européen, il estime que "c’est à l’UMP de se débrouiller. Mais il faut laisser la justice faire son travail. Demander sa démission est peut-être un peu hâtif…"

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

RÈGLEMENT - Jérôme Lavrilleux dispose-t-il d'une immunité ?

POINT DROIT - Affaire Bygmalion : que dit la loi ?

BILAN - L'affaire Bygmalion aura eu raison de Copé le mal aimé

SÉRIE - Les épisodes d'une tragédie politique
 QUESTION - Comment le financement de la campagne a dérapé
RETOUR SUR - Cette enquête qui a manqué de moyens

INFO POL - Bygmalion : "Nicolas Sarkozy est consterné"
 REPORTAGE - "L’UMP va exploser… L’UMP a déjà explosé"
DÉCRYPTAGE - Les grands partis "continuent à tricher"