Européennes 2014 : il faudra veiller tard pour connaître votre député

  • A
  • A
Européennes 2014 : il faudra veiller tard pour connaître votre député
@ SIPA
Partagez sur :

CASSE-TÊTE - Aucun résultat officiel ne pourra être donné avant 23h dimanche. Une soirée électorale un peu inhabituelle.

Vous avez dit obsolète ? A l'heure des réseaux sociaux, la Commission européenne exige des Etats membres une mission quasi-impossible, dimanche, à l'occasion des élections européennes. Pour garantir la sincérité du scrutin dans les 28 pays qui votent de jeudi à dimanche, il est interdit de diffuser le moindre résultat électoral jusqu'à dimanche, 23 heures, puisque les Italiens voteront jusqu'à cette heure tardive. "Avant, on pourra seulement parler d'estimations", précise Francine Mariani-Ducray, conseillère du CSA, en charge du groupe de travail "pluralisme et code électoral".
 
Mais la Commission ne plaisante pas. Cette règlementation européenne ultra-stricte existe depuis l'élection des députés au Parlement européen en 1977. Depuis, la loi n'a pas évolué d'un iota en dépit des difficultés rencontrées par les Etats membres. En effet, avec des élections qui se déroulent pendant quatre jours - au Royaume-Uni et aux Pays-Bas,   le scrutin a commencé jeudi, respecter la règle vire au vrai casse-tête.

Un précédent en 2009. La Commission européenne n'en a cure. Lors des dernières élections européennes, en 2009, les Pays-Bas, qui votaient dès le jeudi, avaient reçu une mise en garde de Bruxelles et éviter de justesse l'infraction pour avoir diffusé les résultats de l'élection dès le jeudi.Chaque pays doit en effet veiller au bon déroulement du scrutin et au respect des règles. "Aucun État membre ne peut rendre public d’une manière officielle le résultat de son scrutin avant la clôture du scrutin dans l’État membre où les électeurs voteront les derniers", rappelle le ministère de l'Intérieur sur son site internet. Une prise de parole de Bernard Cazeneuve est prévue peu après 23h, dimanche. 

Suspense en vue si le FN et l'UMP sont proches. Les premières projections sur la composition du nouvel hémicycle sont attendues dimanche à partir de 22h. Les services du Parlement européen ont prévu une plateforme qui mettra en ligne des sondages nationaux à la sortie des urnes sur le site www.electionsnight2014.eu. Et en France ? "On fera comme d'habitude", indique le directeur adjoint de l'Ifop Frédéric Dabi. Les sondeurs fourniront des estimations du score réalisé par les partis politiques au niveau national, dès 20h. Mais le suspense pourrait durer jusqu'à 23 heures en cas d'estimations très serrées entre les scores de l'UMP et du FN. "Ce qui est tout à fait plausible, d'après les derniers sondages", souligne Frédéric Dabi. Les estimations seront donc à prendre avec des pincettes. "Nous serons très prudents sur ce point", assure Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1. 

Estimations, le mot de la soirée. Du côté des politiques, on se prépare, comme à chaque soirée électorale, à occuper les plateaux télé. En ayant conscience qu'il ne faudra pas commettre de gaffes avant l'heure. Car toute la subtilité est là. Avant 23 heures, les présentateurs comme les invités politiques devront prendre soin de préciser qu'il s'agit "d'estimations" et non de "résultats". "Les chaînes ne sont donc pas condamnées au silence entre 20h et 23h", assure Francine Mariani-Ducray. Du côté des candidats, mieux vaudra éviter de crier victoire avant 23h, au risque de casser l'embargo imposée par Bruxelles. "La vie à plusieurs oblige à certaines règles", s'amuse un responsable à l'UMP. "Pendant trois heures, on aura sous les yeux des chiffres que l'on ne pourra pas communiquer", souligne-t-il. "C'est inhabituel. Mais nous sommes un parti qui respecte la loi, ce n'est pas un drame démocratique d'attendre 23h", affirme, solennel, le porte-parole du PS Carlos Da Silva.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

COULISSES - La tribune de Sarkozy bouclée dans le plus grand secret

DANS LE TEXTE - Ce que Sarkozy veut pour l'Europe

REACTION - Valls : "Ce qu'il faut changer précisément dimanche, c'est le bilan de Nicolas Sarkozy"