Euro 2016 : "Le hooliganisme a failli gâcher la fête, mais la fête est bien là"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sport, est revenu au micro d'Europe 1 sur les heurts qui ont émaillé certains matches en début de compétition, et a salué le travail des forces de l'ordre.

VIDEO

Invitée de la matinale d'Europe 1, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a tenu à saluer la qualification dimanche des Bleus en quart de finale, mais aussi l'esprit apaisé de compétition du championnat, après des violences début juin.

Qualification sur le fil. "J’étais dans une fan zone à Lille, au milieu des reporters. J’ai eu peur […] après une première mi-temps qui était un peu 'cata’. Appelons un chat, un chat", explique le responsable politique qui invite les Bleus, après plusieurs matches gagnés sur le fil, à donner le meilleur d'eux même dès le coup d'envoi. "La frayeur c’est bien une fois, deux fois, trois fois, quatre fois… mais il faut maintenant que les premières mi-temps soient meilleures. Je pense que c’est le message que va faire passer Didier Deschamps à ses joueurs pendant une semaine."

Coups de grisou. Dimanche soir l'équipe de France a arraché face à l’Irlande sa qualification en quart de final, grâce à un doublé d'Antoine Griezmann en deuxième moitié de rencontre. "J’entends parler des 'coups de Grizou', pour moi, qui viens du Nord, du bassin minier, les coups de grisou c’est pas toujours sympathique", ironise le ministre en référence aux explosions de gaz à l’origine de nombreuses catastrophes minières aux 19e et 20e siècles.

"La fête est bien là". Le ministre est également revenu sur les violences entre supporters qui ont émaillé plusieurs rencontres en début d'Euro. "Le deuxième jour a été catastrophique", a-t-il reconnu à propos des heurts à Marseille, en marge de la rencontre Angleterre-Russie. "J’y étais, c’était compliqué". "Beaucoup de commentateurs on dit : 'l’Euro c’est foutu’. Heureusement on s’est relevé", explique Patrick Kanner, citant notamment les quelque 800 interpellations et la trentaine de peines de prison ferme prononcées. "Le hooliganisme a failli gâcher la fête, mais la fête est bien là", conclut-il.

Menace terroriste. Le ministre a également salué le travail des forces de l'ordre alors que la France reste en état d'urgence. "La menace terroriste est toujours là. On n'a pas baissé la garde", a lancé au micro d'Europe 1 Patrick Kanner. "Les forces de police sont toujours autant mobilisées, et les fans zones sont sécurisées comme on n'a jamais sécurisé un événement sportif ", a-t-il assuré.