Etat vend luxueux duplex à New York

  • A
  • A
Etat vend luxueux duplex à New York
L'entrée du bâtiment.@ Google street view
Partagez sur :

INSOLITE - L'Etat a mis en vente l'un de ses appartements, à New York. Et ses vins.

Il n’y a pas de petites économies. En pleine cure de réduction des dépenses publiques, l’Etat se creuse la tête. Il y a quelques jours, Ayrault envisageait de vendre des participations publiques pour "financer de l'investissement." Autre piste pour dégager des liquidités, révélée par le site Frenchmorning,  consacré à l'actualité des Français de la Grosse Pomme : la vente d’un magnifique duplex à New York.

>> A LIRE AUSSI : L’Etat pourrait vendre des "bijoux de famille"

1609462

Une adresse légendaire. L’appartement est situé dans le quartier de Manhattan, sur la célèbre Park Avenue, et abrite quelques unes des plus grandes fortunes de la planète. Ce n’est pas pour rien que l’immeuble, construit en 1929, est surnommé "power building". Arte s’est même penchée sur le sujet dans un documentaire diffusé en 2012, tout comme l’écrivain Michael Gross, qui y a consacré un livre. Et la France dans tout ça ? Elle occupe les 12e et 13 étages, où réside le représentant permanent de la France auprès des Nations unies, Gérard Araud, qui y reçoit les grands de ce monde.

Des millions, des millions, des millions. Selon le site French Morning, le bien pourrait être mis en vente entre 35 et 40 millions de dollars, soit entre 26,6 et 30,4 millions d'euros. Une coquette somme à laquelle s’ajoutent des économies d’entretien : "entre 10.000 et 20.000 dollars par mois (entre 7.600 et 15.200 euros) de charges pour les nombreux portiers, les concierges et agents d'entretien", selon un agent immobilier new-yorkais interrogé par French Morning. 

Le précédent viticole. Amateur de grands crus, préparez vous !Les 30 et 31 mai prochains, l’Elysée vend en effet aux enchères sa cave - créée en 1947 sous la présidence de Vincent Auriol mais amélioré par Jacques Chirac -, à Drouot. Au programme, notamment : des Châteaux Pétrus 1990 estimés à 2.200 euros l’unité. Au total, 1.200 bouteilles seront proposées. Objectif officiel avancé par l’Elysée : que "le produit de ces enchères soit réinvesti dans des vins plus modestes et l’excédent reversé au budget de l’Etat".