Et sur les sujets non écolo, que dit Joly ?

  • A
  • A
Et sur les sujets non écolo, que dit Joly ?
l'ex-juge Eva Joly sera la première étrangère naturalisée à concourir à la présidentielle française pour incarner "l'écologie de combat" qu'elle prône.@ REUTERS
Partagez sur :

On ne l'attend pas forcément sur ces sujets, mais la candidate écolo a des choses à dire.

Alors qu’Eva Joly a remporté mardi la primaire Europe Ecologie-Les Verts avec près de 60% des voix face à Nicolas Hulot, Europe1.fr a souhaité connaître ses positions sur des sujets parfois moins "traditionnels" chez les écolos. Parce qu'une campagne présidentielle aborde tout un éventail de thèmes clés, Europe.1fr a décrypté les positions d’une femme dont les convictions ne s’arrêtent clairement pas à l’écologie.

RETRAITES

L'eurodéputée prône un retour à la retraite à 60 ans. Eva Joly se montre très critique sur la réforme des retraites votée en 2010. Celle-ci juge qu' "une approche purement comptable de la réforme des retraites est vouée à l’échec", et assure par ailleurs qu'en 2012, les écolos demanderont "une réouverture immédiate du débat sur les retraites, qui devra inclure le retour de la retraite à 60 ans et une négociation collective autour du partage de la valeur ajoutée".

ECONOMIE/FISCALITÉ

Eva Joly souhaite instaurer un revenu maximal. La candidate écolo reprend une proposition déjà formulée par sa formation lors des élections européennes de 2009, soit un "revenu maximal équivalent à 40 fois le revenu médian", c'est-à-dire 500.000 euros de revenu par an. Pour Eva Joly, "il s'agit d'une mesure de justice sociale fondamentale".

Elle plaide pour un impôt plus juste. Parfois critiquée pour son manque d’expertise en la matière, Eva Joly veut "réhabiliter l’impôt, un impôt juste et écologique". Dans un entretien donné au journal Libération en novembre 2010, l’eurodéputée se prononce notamment pour "la suppression du bouclier fiscal" et la baisse de la TVA sur la restauration. L’ex magistrate plaide aussi pour "plus de progressivité dans l’impôt sur le revenu" et souhaite mettre un terme aux niches inefficaces, aux mesures anti-écologiques - comme l’abrogation du taux de TVA abaissé de 5,5% sur les pesticides.

L'eurodéputée veut encadrer les banques. Après la crise financière, Eva Joly ne souhaite pas une nationalisation des banques mais propose de "règlementer l’usage que les banques peuvent faire de l’épargne".

EDUCATION NATIONALE

Elle entend favoriser la mixité sociale. La candidate EELV souhaite "ouvrir davantage les universités et grandes écoles aux personnes des territoires les plus défavorisés, aux jeunes des banlieues". Elle propose aussi de supprimer à terme les grandes écoles.

AGRICULTURE

Eva Joly prône un modèle agricole plus durable". Pour Eva Joly, l’épisode de la sécheresse "doit nous conduire à repenser le futur de l’agriculture qui consomme 80% de l’eau en période estivale". La députée européenne propose de "prendre exemple sur les agriculteurs qui, pour se réapproprier leur métier, sont allés vers une autre agriculture".

LAÏCITÉ

La candidate écolo ne veut pas adopter de position radicale. Sur ce sujet très sensible, Eva Joly prône la sagesse, estimant que "la laïcité ne doit pas conduire à bannir de l’espace public les femmes voilées, les hommes qui portent la kippa ou les prêtres en soutane". L'ancienne magistrate ne trouve par ailleurs pas justifié 'le fait d’interdire aux mères portant un foulard de monter dans un bus pour accompagner une sortie scolaire", estime-t-elle dans un entretien au journal La Croix en avril dernier.

INTERNATIONAL

Elle plaide pour un retrait immédiat des troupes françaises d’Afghanistan. Le retrait des troupes françaises d’Afghanistan est nécessaire et doit être immédiat, dit Eva Joly, estimant toutefois qu’"il faut s’assurer de la stabilité de toute la région".

SÉCURITÉ

Elle dit non au "tout répressif". Pour Eva Joly, la répression n'est pas la solution. La candidate franco-norvégienne estime que "le tout répressif, les contrôles au faciès par exemple, créent l'insécurité et la tension".

Joly dit oui à la dépénalisation du cannabis. Pour les drogues douces, Eva Joly est favorable à une dépénalisation, estimant que le trafic "créé un marché et une économie parallèles, avec beaucoup de dégâts", a-t-elle rappelé dans un entretien au site Internet Rue 89 en juin dernier.

INSTITUTIONS

Elle veut une 6è République. Eva Joly souhaite que la France tourne la page de la 5ème République. Elle veut en finir avec le "régime présidentiel très déséquilibré", les "pouvoirs exceptionnels du président de la République" et "les domaines réservés". Pour ce faire, l'eurodéputée n'a pas encore déterminé si ce changement devait passer par une assemblée constituante ou par référendum.

Joly souhaite le scrutin proportionnel pour les législatives. Elle préconise de "modifier le régime électoral pour les législatives" , en passant à un scrutin proportionnel. La candidate EELV propose par ailleurs d' "instaurer le droit de vote des résidents étrangers" et de "créer les référendums d'initiative populaire, pour que les citoyens aient la possibilité d'intervenir dans le processus législatif"

MARIAGE GAY

Elle dit oui au mariage et à l’adoption. L’eurodéputée se dit favorable à l’ouverture du mariage aux homosexuels et à tous les droits qui en découlent comme l’adoption et la pension de réversion.