Et si Eva Joly n'y allait pas ?

  • A
  • A
Et si Eva Joly n'y allait pas ?
Eva Joly, candidate d'EELV à la présidentielle, a annulé plusieurs rendez-vous à la suite de l'accord conclu par les deux partis sur le nucléaire.@ REUTERS
Partagez sur :

La candidate a décidé de "prendre de la hauteur" après le psychodrame autour de l'accord PS-EELV.

Les tergiversations sur le nucléaire vont-elles avoir raison d'Eva Joly ? Le député Verts Noël Mamère a semé le doute jeudi, confiant "comprendre qu’Eva Joly soit troublée", avant de rectifier le tir quelques heures plus tard pour dire que sa candidature à la présidentielle "se justifiait plus que jamais".

La candidate écologiste a toutefois décidé d'un retrait médiatique provisoire. Pour "prendre un peu de la hauteur", explique son entourage.

Un vrai malaise

Cela fait pourtant trois jours - depuis la signature de l'accord Verts-PS - qu'Eva Joly ne décroche plus son téléphone, ne répond plus aux SMS.

Eva Joly a non seulement annulé une émission en prime-time sur France 2 jeudi et une interview au quotidien 20 minutes, mais l'ex-magistrate ne sera pas non plus au Conseil fédéral de son parti ce week-end lors duquel l'accord signé avec le PS sera soumis au vote.

La direction veut rassurer

L'eurodéputée souhaite simplement réfléchir, rassure son entourage.

"Elle ne se mêle pas de l'accord entre les écologistes et les socialistes. Elle fait donc ce que l'on peut appeler une pause médiatique (…) pour ne pas interférer dans l'accord", a relativisé le député Verts Yves Cochet au micro d'Europe 1. "C'est une campagne originale. C'est comme ça", a-t-il toutefois reconnu.

Cécile Duflot, numéro un d'Europe Ecologie-Les Verts, est elle-même montée au créneau vendredi pour réaffirmer qu'Eva Joly est "plus que jamais" candidate à la présidentielle, et qu'elle serait dès le début de la semaine prochaine de retour sur le terrain. Le sénateur EELV Jean-Vincent Placé a de son côté assuré qu'Eva Joly irait "jusqu'au bout" de sa candidature.

Eva Joly ou rien ?

Mais la députée européenne, qui ne décolle pas dans les sondages, réfléchit visiblement sérieusement au sens de sa candidature. Et en attendant sa décision, son équipe travaille déjà à la stratégie d'après "retrait", arguant d'une part qu'il n'y a pas de candidat de rechange, et d'autre part que si Eva Joly revient, il faudra changer de sujet, autrement dit parler d'autre chose que d'énergie.