Et on reparle du gaz de schiste…

  • A
  • A
Et on reparle du gaz de schiste…
@ MaxPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Un rapport commandé par Bercy préconise de lancer l’exploitation du gaz de schiste.

Contexte. A la veille de la conférence environnementale, tant attendue par les écologistes, un document qui circule à Bercy pourrait bien apparaître comme un chiffon rouge et compliquer encore un peu plus les relations entre la majorité et son allié écolo. Selon les informations d'Europe 1, la solution des gaz de schiste est en effet à nouveau évoquée pour sortir de l'ornière tout un secteur industriel. Une petite bombe.

>> EN VIDÉO : Le gaz de schiste, c'est quoi ?

Bercy fustige "le dogmatisme des Verts". Ce document, élaboré par deux ingénieurs, répond à une question : comment sauver Kem One, une entreprise française de chimie qui emploie  2.000 personnes, au bord de la faillite ? Le rapport préconise de lancer sans attendre l’exploration puis l’exploitation des gaz de schiste. Il recommande même d’y consacrer d’importants moyens publics et privés, dans le respect de l’environnement, bien sûr. A Bercy, ce rapport apparaît comme un nouvel argument politique pour peser face au "dogmatisme des Verts", selon l’expression utilisée dans les couloirs du ministère de l’Economie. Car au-delà de Kem One, c’est toute la filière chimique et pétrochimique française, 150.000 emplois, qui se retrouve fragilisée. Or, le gaz de schiste est potentiellement une énergie moins chère et une matière première abondante. Tentant.

Hollande coincé par les écologistes. "La situation est sérieuse", reconnaît un ministre, notamment face au risque de délocalisations. Des arguments parfaitement compris à l’Elysée. Il y a une semaine, c’est ainsi François Hollande en personne qui parlait de la concurrence industrielle d’une Amérique bénéficiant d’un coût de l’énergie beaucoup plus bas que le nôtre. Mais s’il s’engageait sur le chemin de l’exploitation du gaz de schiste, il sait que ses alliés écologistes claqueraient la porte du gouvernement, eux qui en ont fait un casus belli. Pas facile à quelques mois des élections municipales.