Estrosi met la pression sur Total

  • A
  • A
Estrosi met la pression sur Total
@ Reuters
Partagez sur :

Le ministre de l'Industrie doit s'entretenir dans la journée avec le PDG de la société.

Christian Estrosi a demandé dimanche à Total de "garantir" la "non fermeture" de la raffinerie de Dunkerque, quelques heures avant de s'entretenir avec son PDG.

Avant cette rencontre, la direction du groupe (hormis le PDG) rencontre les syndicats, alors que l'arrêt progressif des raffineries du groupe continue dans le cadre d'une grève illimitée.

"C'est tout l'avenir du port de Dunkerque"

"La raffinerie des Flandres, c'est tout l'avenir économique du port de Dunkerque, de sa plate-forme logistique, de ses sous-traitants", a déclaré Christian Estrosi sur France Inter.

"Je veux m'entretenir avec le président de Margerie pour m'assurer qu'à aucun moment nous ne mettrons en péril l'activité économique et sociale du bassin de Dunkerque, que nous garantirons l'emploi des salariés de Total et la non fermeture de la raffinerie et qu'(...)ils pérenniseront nos relations aussi avec les sous-traitants et avec l'activité du port de Dunkerque", a ajouté le ministre de l'Industrie.

Les syndicats ne relâchent pas la pression

Pour sa part, la CGT a réclamé des engagements "signées de la part du groupe : "On attend très clairement des engagements fermes et précis, les déclarations de Christophe de Margerie sont très claires: il projette de fermer plusieurs raffineries". "Je vous invite à aller voir sur Total.com la dernière publication financière du groupe (...) Il y a un document sans équivoque : entre 2007 et 2011, Total (c'est) moins 500 kilobarils par jour, c'est à dire 25 millions de tonnes de capacité de traitement, de raffinage, à fermer", a-t-il poursuivi.

"Ca, nous n'en voulons pas. C'est Total, c'est public et nous voulons un plan d'investissement pour l'ensemble de nos raffineries françaises et avec un engagement très clair qu'il n'y aura pas de fermeture ni de cession de raffineries, de dépôts pétroliers dans les prochaines années", a-t-il ajouté.

Le groupe pétrolier Total assure environ la moitié de l'approvisionnement des stations-service françaises.