Energie: payer en fonction de son revenu?

  • A
  • A
Energie: payer en fonction de son revenu?
Jeudi 26 janvier, François Hollande a proposé d'instaurer une tarification progressive de l'énergie.@ MAXPPP
Partagez sur :

Besson doute de la proposition de Hollande et invite le candidat PS à préciser son projet.

Le projet de François Hollande sur l'énergie est-il réalisable ? C'est la question qui se pose, au lendemain de la présentation des "60 engagements de la France" du candidat socialiste pour un retour à l'équilibre budgétaire en 2017.

Jeudi, François Hollande a proposé d'instaurer une tarification progressive de l'énergie. Cette dernière mesure, passée plutôt inaperçue lors de son annonce jeudi, a suscité les railleries de Eric Besson.

Le ministre de l'Énergie a en effet critiqué le manque de détails de cette mesure. "Vous avez dit que désormais l'eau, l'électricité et le gaz seraient d'un tarif progressif indexé sur le revenu. (Mais) comment on le collecte, comment c'est fait, personne ne le dit", a-t-il dénoncé.

L'exemple de Libourne

Pourtant, l'expérience existe déjà au niveau local. La commune de Libourne, en Gironde, l'a mis en place pour l'eau. En résumé, les habitants de Libourne bénéficient de 15m3 d'eau par personne et par an. S'ils dépassent ce seuil, le prix de l'eau devient plus cher, jusqu'à huit fois plus élevé pour les mauvais élèves.

Interrogé par Europe 1, Philippe Buisson, maire de Libourne, justifie sa volonté de pénaliser les plus gros consommateurs. "Ceux qui sont pénalisés, se sont les gros consommateurs. Ceux qui arrosent leur jardin l'été, ceux qui remplissent leur piscine, qui nettoient leur voiture, ceux sont ceux qui ne font pas attention à leurs ressources. C'est ça l'idée, c'est naturel que le prix de l'eau pour remplir sa piscine soit plus couteux que le prix de l'eau pour se laver", estime-t-il.

Les foyers modestes pénalisés ?

Un mécanisme que François Hollande veut généraliser aux prix du gaz et de l'électricité. Sauf que, selon les opérateurs, ce système pourrait s'avérer difficile à mettre en place. Des dizaines de critères devront être précisés pour décider qui paye quoi et à combien.

Pour les tarifs du chauffage par exemple, il faudra prendre en compte la taille de la famille, mais aussi le climat la région. Sans compter que les plus modestes pourraient être les plus sanctionnés, s'inquiète Thierry Saniez de l'association de consommateur CLCV.

"Vous avez un certain nombre de personnes modestes qui habitent dans des vieilles maisons mal isolées. Le contrecoup d'une tarification progressive serait pour eux d'avoir une note encore plus salée. Même s'ils voulaient réduire leur consommation, ils ne le pourraient pas car leur logement n'est pas isolé, ils ont des appareils électroménagers vieux et gourmands en énergie", constate-t-il.

Pour l'heure, l'équipe de François Hollande répond qu'un plan de rénovation d'un million de logement est prévu et que priorité sera donnée aux foyers les plus modestes.