Encore un candidat gênant pour le FN

  • A
  • A
Encore un candidat gênant pour le FN
Le Front national a décidément du mal à solder tous les comptes des cantonales et de ses "candidats fantômes".@ MAXPPP
Partagez sur :

Fafwatch a exhumé des photos d’un candidat frontiste aux cantonales en douteuse compagnie.

Sur le cliché apparaît un groupe d’amis, bières à la main et tout sourire. L’immense majorité a le crâne rasé, et un certain nombre tendent le bras en avant dans un geste sans équivoque. Au milieu de cette joyeuse bande, à gauche sur la photo, se trouve Jean-Baptiste Cordier, candidat Front national aux élections cantonales à Soulaines, dans l’Aube. Si le jeune homme, âgé de 21 ans, ne fait pas lui-même le salut nazi, il ne jure pas dans le décor et semble tout à fait à l’aise au milieu de ses amis néo-nazis.

Cette photo a été exhumée par le site FafWatch, dont la raison d’être est de révéler, à partir d’Internet et des réseaux sociaux, des données et des photos de néonazis, sur le modèle du copwatching, qui concerne les policiers, en vogue aux Etats-Unis.

Les "candidats fantômes" du FN

Cette nouvelle affaire tombe mal pour le Front national. Le parti d’extrême-droite pensait avoir soldé ce genre de problème en excluant mardi, sur la décision personnelle de Marine Le Pen, Alexandre Gabriac. Ce jeune conseiller régional Rhône-Alpes, candidat FN à Grenoble lors des cantonales, apparaissait lui aussi sur une photo gênante, où il effectue le salut nazi sur fond de croix gammée. C’est le site internet du Nouvel Observateur qui avait mis en ligne le cliché.

Surtout, l’affaire Cordier met en lumière la stratégie plus que discutable du parti frontiste aux dernières élections cantonales. Faute de candidat, le FN avait sélectionné à la va-vite et au dernier moment un certain nombre de postulants. Jean-Baptiste Cordier, recruté selon le site internet des Inrocks à peine dix jours avant le premier tour, faisait partie de ces "candidats fantômes", comme les avaient qualifié Nadine Morano. Ces candidats n’apparaissaient même pas sur leurs affiches de campagne, au profit de Marine Le Pen.

Soucieuses de lisser l’image de son parti, la nouvelle présidente du Front national et sa garde rapprochée ont visiblement encore du travail.