En meeting à Ajaccio, Marine Le Pen promet de satisfaire les revendications corses

  • A
  • A
Partagez sur :

Le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio a été marqué par des échauffourées. Le calme revenu, la présidente du FN a égrainé ses propositions pour la Corse.

Rapprochement des prisonniers corses sur l'île de Beauté, pas de matches de football le 5 mai, des paysages qui restent "sauvages"... Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a promis, samedi à Ajaccio, de satisfaire si elle est élue des revendications corses.

"Soyez fiers d'être Corses". "Je suis Française, intimement Française, et parce que je suis Française, je suis venue vous dire de ne pas avoir peur d'être Corses", a dit la présidente du FN lors d'une réunion publique à Ajaccio devant 500 personnes, perturbée au début et à la fin par des manifestants nationalistes. "Vous êtes Corses, mais vous êtes Français, soyez les deux en même temps !" a exhorté Marine Le Pen. "Soyez fiers d'être Corses, soyez fiers d'être Français", a-t-elle renchéri, vantant les "apports" corses à "notre pays, la France".

Plus de match de football le 5 mai. Si elle arrive à l'Elysée début mai, "il n'y aura plus aucun match de football nulle part en France le 5 mai pour que la nation se souvienne du drame de Furiani" en 1992, lorsqu'une tribune s'était effondrée, faisant 18 morts et plus de 2.300 blessés lors d'une demi-finale de la coupe de France. Le ministère des Sports avait déjà décidé qu'aucun match de football ne serait disputé en France lorsque le 5 mai tombait un samedi.

Protéger la langue corse. Marine Le Pen a promis aussi qu'elle présidente, elle serait "évidemment soucieuse de la belle langue corse", sans aller jusqu'à soutenir la co-officialité du français et du corse, alors que l'UE selon elle "ne défend pas les langues enracinées mais les langues minoritaires, ici la langue arabe et non le corse". "Il faut envisager le rapprochement des détenus qui le sont sur le continent dans des établissements corses", a-t-elle plaidé au sujet de ce qui est "ressenti comme une peine complémentaire".

Elle a aussi dit refuser que l'on "laisse défigurer l'île de Beauté" ou que "le béton prenne le pas sur la nature, le maquis. Je veux que la Corse reste impétueusement sauvage", a-t-elle plaidé. Face à la "spéculation" immobilière, Marine Le Pen s'est dite défenseure du "droit des Corses à vivre en Corse", et s'en est pris à l'immigration, "peut-être plus importante encore ici qu'ailleurs".

L'hymne corse avant la Marseillaise. Jacobine et opposée à tout régionalisme, Marine Le Pen s'est exprimée pendant une heure devant deux drapeaux français et un drapeau à la tête de Maure, lors d'un meeting conclu par l'hymne corse, le "Dio vi salvi Regina", chanté par la patronne du FN, avant la Marseillaise.

Un meeting perturbé

Marine Le Pen n'était pas encore montée sur scène que des échauffourées avaient déjà éclaté à l'extérieur de la salle. Des militants antifascistes se sont battus avec des CRS. Une quinzaine d'entre eux ont même réussi à pénétrer dans le bâtiment. Le service d'ordre du FN tente de les évacuer mais une bagarre éclate au milieu de la foule venue assister au meeting. Un membre du service de sécurité fait usage de sa bombe de gaz lacrymogène. Les spectateurs toussent et certains sortent pour respirer. Finalement, le calme revient mais Marine est contrainte de changer de salle à la dernière minute. A la sortie, des militants attendaient les supporters du FN pour en découdre.