Un débat électrique entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

  • A
  • A
Un débat électrique entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Partagez sur :

Revivez le débat opposant les deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle.

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
00h14
Le 03 mai 2017
C'est la fin de ce live sur Europe1.fr. Merci d'avoir suivi le débat de l'entre-deux-tours avec nous et bonne fin de soirée à tous.
00h12
Le 03 mai 2017
Selon un sondage Elabe pour BFMTV, Emmanuel Macron a été jugé le candidat le plus convaincant du débat par 63% des Français, contre 34% pour Marine Le Pen. À la question de savoir qui avait le meilleur projet, les sondés ont répondu à peu près dans les mêmes proportions (64%-33%). 
00h09
Le 03 mai 2017
À son tour, Marine Le Pen quitte les studios du débat. Comme son adversaire, elle prend le temps de répondre aux journalistes. "Monsieur Macron a été agressif", estime-t-elle au micro de BFMTV. "J'ai l'habitude d'être maltraitée, ça ne m'a pas déstabilisée", poursuit la candidate du Front national. "Je n'ai rien à perdre, je suis challenger." 
00h06
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Quelle phrase restera dans l'histoire comme celle représentant ce débat ? Gérard Carreyrou suggère "la grande prêtresse de la peur, c'est vous, sortir de l'Euro, c'est un projet mortifère", prononcée par Emmanuel Macron. Nicolas Poincaré propose, lui, une phrase de Marine Le Pen : "De toute façon la France sera dirigée par une femme, ce sera soit moi soit Madame Merkel." Pour Serge July, "aucune phrase n'a laissé l'autre sans voix, ce qui est le cas des citations dont on se souvient : Sarkozy était resté sans voix devant l'anaphore, de même que Mitterrand était resté sans voix devant le monopole du cœur." 
23h59
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron est en train de quitter le studio de la Plaine Saint-Denis, où a eu lieu le débat, nous indique notre reporter sur place. Le candidat, plutôt souriant, a pris le temps de répondre à quelques questions des journalistes avant de monter en voiture.
23h52
Le 03 mai 2017
Parcours des deux candidats, cas Whirlpool, rachat de SFR, soutien de l'UOIF... Le débat de l'entre-deux-tours a été l'occasion de nombreuses altercations, parfois très vives, entre les deux finalistes. Si vous n'avez pas suivi le débat, Europe1.fr les a recensées ici : 
 
23h49
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Pour Serge July, le vainqueur du débat est Emmanuel Macron, qui a fait sa "meilleure émission de la campagne". "Il a essayé d'être très président, malgré tout, dans un chahut invraisemblable, de présenter un projet", souligne-t-il. Et de relativiser : "aucun débat n'a jamais permis à quelqu'un de gagner une élection présidentielle. Ça 'présidentialise' quelqu'un, ça le met en situation de majesté si on veut, mais ça ne va pas au-delà." 
23h42
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Pour Michèle Cotta, éditorialiste sur Europe 1 et animatrice de plusieurs débats de l'entre-deux-tours dans les années 1980, celui de mercredi était "le plus violent" de la Vème République. "C'est celui sur lequel ils se sont le plus interrompus", estime-t-elle. "Pour les journalistes, c'était pratiquement impossible d'arbitrer." L'éditorialiste juge qu'il "y a tout de même eu de la clarification de part et d'autre" sur certains aspects des programmes des candidats. 
23h34
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron avait été tiré au sort pour prendre la parole en dernier. Le débat vient donc de s'achever avec son ultime intervention. Suivez maintenant avec nous le débat des Grandes Voix d'Europe 1. 
23h33
Le 03 mai 2017
"La France mérite mieux que cela", répète Emmanuel Macron en réponse à son adversaire. "Je ne vous ai moi, jamais menti, jamais expliqué que j'allais faire des cadeaux sans vous expliquer comment j'allais les financer", poursuit-il à l'adresse des téléspectateurs. "Je veux un esprit de conquête avec des vraies réformes, des vrais changements." 
23h31
Le 03 mai 2017
On passe à la conclusion de Marine Le Pen. "Vous voulez livrer la France à une immigration massive", adresse-t-elle à Emmanuel Macron. "Vous êtes entre les mains des communautaristes, vous parlez d'unité mais le communautarisme c'est le contraire de l'unité, c'est le projet qui consiste à déstructurer notre pays, à l'affaiblir", estime-t-elle. 
23h28
Le 03 mai 2017
"On vous demande une carte blanche, et vous salissez l'adversaire", lui rétorque Emmanuel Macron. "Le pays vous importe peu, vous n'avez pas de projet pour lui. Votre projet consiste à vivre de la peur et des mensonges. (...) Vous êtes la coproduction du système que vous dénoncez, vous êtes son parasite", dénonce le candidat d'En marche !, toujours légèrement en retard au niveau des temps de parole. "Très classe", souffle Marine Le Pen. La candidate du FN, très en avance sur le temps de parole, coupe son adversaire à plusieurs reprises. "Avec qui allez-vous gouverner  ? Estrosi ? Bertrand", demande-t-elle en riant. 
 
23h25
Le 03 mai 2017
C'est au tour de Marine Le Pen d'utiliser sa carte blanche, pour donner sa "philosophie générale". "La France que vous défendez, ce n'est pas la France, c'est une salle de marché", adresse-t-elle à son adversaire. "La France a été jetée dans le chaos par tous ceux qui vous soutiennent dans cette campagne présidentielle. Il est largement temps de la remettre en ordre." 
23h23
Le 03 mai 2017
[PAUSE LAB] - Un peu plus tôt dans ce débat, les deux candidats se sont écharpés sur les propos de Marine Le Pen sur la rafle du Vel' d'Hiv'. "C’est un journaliste qui m’a posé la question", avait répondu la candidate du FN. "Oui, c’est vrai. C’est un journaliste que vous n’aviez peut-être pas choisi et que vous aviez laissé vous interroger librement", avait raillé Emmanuel Macron. "Oh, ben, j’en choisis pas beaucoup, vous savez. Je sais que vous, vous pouvez les choisir mais moi, ça ne m’arrive jamais", avait répondu Marine Le Pen. "Ce n’est pas moi qui ait récusé un journaliste pour ce débat", insistait son adversaire. Mais à quoi faisait référence le candidat d'En Marche! ? Le Lab vous explique ici : 
 
23h21
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron choisit de consacrer sa carte blanche aux "personnes en situation de handicap". Il propose de revaloriser l'allocation adulte handicapé, à plus de 100 euros par mois et de faciliter l'accès des enfants handicapés, "notamment les jeunes autistes" à l'école. "Ce sera une des priorités de mon quinquennat", assure-t-il. 
23h17
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen contre-attaque sur les affaires par des sous-entendus. "J'espère qu'on n'apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas !", lance-t-elle à son adversaire. "Vous venez encore de montrer à quel point vous êtes indigne en insinuant que nos juges ne sont pas indépendants. La France mérite mieux que vous", rétorque Emmanuel Macron. "Pour être debout je n'ai pas besoin de salir", enchaîne-t-il. 
23h15
Le 03 mai 2017
Les sujets s'enchaînent plus rapidement à l'approche de la fin du débat. Sur la modernisation de la vie politique, Emmanuel Macron "souhaite réduire d'un tiers le nombre de parlementaires", instaurer une dose de proportionnelle aux élections législatives et limiter à trois le nombre de mandats consécutifs. Aucun des candidats de son mouvement "n'aura un casier judiciaire ni une peine d'inéligibilité", assure-t-il. "Le parti des affaires ce n'est pas le mien, c'est le vôtre". 
23h10
Le 03 mai 2017
Pour Marine Le Pen, "l'école a été saccagée par les socialistes". "Il faut revenir à une école qui transmet dans la discipline, le retour de l'autorité nécessaire du maître", estime-t-elle. La candidate frontiste se prononce également pour la valorisation des filières professionnelles et la sélection "au mérite" dans l'enseignement supérieur. "La laïcité doit s'imposer partout à l'école", glisse-t-elle à propos du voile à l'université. 
23h07
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron veut cibler ses action en matière d'éducation sur les zones d'éducation prioritaire, avec la réduction du nombre d'élèves par classe en CP et en CE1, sans oublier le rapprochement des lycées avec le monde professionnel. Il souhaite également développer l'apprentissage, "indispensable", avec des règles "à simplifier". 
23h05
Le 03 mai 2017
Les deux candidats parlent maintenant d'éducation.
23h03
Le 03 mai 2017
Les divergences sont aussi nombreuses en matière de diplomatie. Pour Marine Le Pen, "la France doit être à nouveau l'Etat de toutes les nations", critiquant "les leçons de morale" que donneraient les socialistes à une partie du monde. Emmanuel Macron intervient pour rectifier sa position sur le Qatar et l'Arabie saoudite: "Je vous coupe la parole parce que vous dîtes des bêtises. Je suis pour l'arrêt des conventions fiscales avec ces pays", explique-t-il. "Calmez-vous, laissez-moi terminer", s'agace la candidate frontiste.
23h00
Le 03 mai 2017
Concernant Vladimir Poutine et la Russie, Emmanuel Macron attaque frontalement sa concurrente : "En aucun cas, je ne serais soumis au diktat de monsieur Poutine, c'est ma grande différence avec Madame Le Pen qui est dans un projet de soumission."
 

22h58
Le 03 mai 2017
La ligne d'Emmanuel Macron sur les relations internationales ? "Elle est gaullo-mitterrandienne", indique-t-il. "Ma priorité sera la lutte contre le terrorisme islamiste". Il souhaite d'ailleurs proposer à Monsieur Trump de continuer ce combat", parlant d'une coopération forte nécessaire. Sur le plan économique, il veut "un marché européen intégré et fort" pour faire face aux pressions des autres grandes puissances.
22h56
Le 03 mai 2017
La focale est maintenant placée sur les relations de la France avec les Etats-Unis et la Russie.
22h55
Le 03 mai 2017
Les tensions restent très vives sur le plateau, alors qu'Emmanuel Macron veut montrer que Marine Le Pen au pouvoir conduirait "la France à une sortie de l'Histoire". "L'invective à l'égard de l'Allemagne n'a jamais fait progresser la France. Notre vraie guerre économique, elle est avec la Chine", enchaîne-t-il. 
22h54
Le 03 mai 2017
De son côté, c'est un "Etat stratège" que souhaite piloter Marine Le Pen. "Vous n'envisagez de ne rien faire sans l'accord de Madame Merkel, attaque Marine Le Pen. De toute façon, la France sera dirigée par une femme, ce sera moi ou Madame Merkel." "Mais arrêtez les formules toutes faites", rétorque le leader d'En Marche !. 
22h52
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron ne propose pas "le grand n'importe quoi" que serait le projet de Marine Le Pen et veut un "euro qui protège" avec une politique commerciale au niveau européen. "Je veux une Europe plus rapide et moins bureaucratique", résume-t-il.
22h50
Le 03 mai 2017
"De 1993 à 2002, toutes les grandes entreprises pouvaient payer en écu, Monsieur Macron, ne faites pas semblant de le découvrir", a lancé Marine Le Pen pour défendre son projet d'un retour à deux monnaies : une monnaie nationale et une monnaie commune à l'Europe.
 
La réalité, toutefois, est bien plus nuancée. Marine Le Pen fait ici référence à l’ECU, acronyme de European Currency Unit (Unité de compte européenne). Il ne s’agit pas à proprement parler d’une monnaie mais d’un panier de valeurs mis en place de 1979 à 1998 au sein de l’Union européenne. Le but de ce système était de stabiliser les fluctuations des taux de change des différentes monnaies européennes et ainsi éviter tout déséquilibre au sein de l’UE. L’ECU était utilisé comme unité de compte par les institutions européennes et les banques centrales. Cet outil de stabilisation monétaire a été abandonné en 1999 au moment du passage à l’euro et Marine Le Pen reconnaît elle-même que l’ECU "n’a pas été, c’est vrai, une grande réussite" ! Plus de détails dans notre article : 
 

Euro, ECU : que veut (et que pourrait) faire Marine Le Pen sur la monnaie ?

ÉCONOMIE - La présidente du Front national plaide pour le retour de la monnaie nationale mais n’exclut pas de mettre en place une monnaie commune avec plusieurs États, différente de l’euro.
 
22h49
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron veut montrer que les mesures envisagées par Marine Le Pen auraient pour conséquences de "baisser la compétitivité" des entreprises en France, qui "n'est pas un pays fermé". "Votre projet est mortifère sur le plan du pouvoir d'achat", enchaîne-t-il. La solution, selon lui, ce sont "les réformes qui n'ont pas été faites".
22h46
Le 03 mai 2017
"La grande prêtresse de la peur, elle est en face de moi. L'euro, vous vous proposez d'en sortir, moi je dis que c'est un projet dangereux", avance Emmanuel Macron, qui parle des évolutions récentes du projet frontiste sur l'euro en évoquant un "bidouillage avec Nicolas Dupont-Aignan".
22h44
Le 03 mai 2017
Après plusieurs cafouillages, elle a voulu clarifier son projet. Marine Le Pen ne renonce pas à la sortie de l'Euro, du moins en tant que monnaie unique. "Je vais engager des négociations [avec l'Union européenne, ndlr] sur tout une série de sujets, notamment notre liberté commerciale, la supériorité de nos lois, la maîtrise de notre frontière et cette monnaie unique", a-t-elle confirmé lundi au micro d’Europe 1, indiquant vouloir passer à un "Euro monnaie commune". Que veut-elle dire exactement  ? Les réponses dans notre article : 
 

D'un Euro "monnaie unique" à un Euro "monnaie commune" : ce que veut faire Marine Le Pen

POLITIQUE - Retour au franc, maintien de l'Euro à l'international, confusion autour du calendrier... Europe 1 tente d'y voir plus clair sur l'une des mesures phares du programme de Marine Le Pen,...
 
 
22h43
Le 03 mai 2017
Deux monnaies nationales ? "Non, pas pour les Français", indique Marine Le Pen, qui précise que "les Français auront une monnaie dans leurs portefeuilles". Emmanuel Macron reproche à Marine Le Pen d'être floue sur l'euro, tandis qu'elle lui reproche "d'agiter un projet peur comme avant le Brexit".
22h39
Le 03 mai 2017
A l'issue des négociations sur l'Union européenne, qu'elle entend mener, Marine Le Pen demanderait aux Français leur avis sur un éventuel Frexit. Dans combien de temps ? "J'ai dit six mois, c'est un délai indicatif", indique-t-elle. Récemment, les positions des cadres frontistes ont pourtant divergé sur l'Union européenne et l'euro.
22h35
Le 03 mai 2017
Au tour de Marine Le Pen de prôner le retour de la "souveraineté économique" et du "protectionnisme intelligent" en prenant ses distances avec l'Union européenne. Elle accuse aussi Emmanuel Macron de soutenir le CETA (un accord commercial avec le Canada) et le TAFTA (avec les Etats-Unis).
22h33
Le 03 mai 2017
Les deux candidats débattent maintenant de l'Europe.
22h32
Le 03 mai 2017
Nouvel échange tendu entre les deux candidats. Au cœur de cet échange : la question de savoir qui est l'hériter de qui ? "Vous êtes l'héritière d'un système, d'un parti, d'un nom", tacle Emmanuel Macron. "Vous êtes l'héritier de François Hollande, qui vous soutient deux fois par jour, pourquoi vous n'acceptez pas cet héritage", lâche à son tour Marine Le Pen. Réponse d'Emmanuel Macron : "J'ai participé au gouvernement, quand je n'étais pas d'accord, j'ai démissionné, je suis parti. J'assumerai ce que j'ai fait, rien de plus." "Arrêtez, tous les deux !", coupe avec peine Nathalie Saint-Cricq, une des deux journalistes qui tentent d'animer ce débat houleux. 
22h30
Le 03 mai 2017
Côté sécurité, Emmanuel Macron veut récréer une police de sécurité quotidienne, avec deux pouvoirs : un pouvoir d'amende pour des délits du quotidien (comme un vol, par exemple), mis en cause par Marine Le Pen, ainsi que la possibilité pour des policiers d'éloigner des délinquants, avec un contrôle du juge. Autre nouvelle mesure : "Toute peine prononcée doit être exécutée", affirme-t-il.
22h25
Le 03 mai 2017
La candidate frontiste montre sa volonté de voir correspondre une peine à chaque délit, se prononçant pour le retour des peines planchers et celui de la double peine. Marine Le Pen souhaite ainsi "davantage de magistrats et de places de prisons".
 
22h22
Le 03 mai 2017
Dans ce combat de boxe qu’est ce débat d’entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, les punchlines sont de mises. Et bien préparées. Et parfois, ça rappelle quelque chose au Lab... Comme cette séquence tendue entre les deux prétendants à l’Elysée => Pour lire leur article, c'est ici.
22h22
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron s'explique sur ses propos au sujet de la colonisation : "Je ne veux pas rester dans cette guerre des mémoires. Je ne suis ni dans la repentance, ni dans le déni. Vous avez insulté beaucoup de Français en étant revenue sur la rafle du Vél-d'Hiv", répond-il. "Je considère que la France était à Londres avec le général De Gaulle", affirme Marine Le Pen. "Laissez le général De Gaulle tranquille", rétorque son adversaire.  
22h18
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron d'avoir prononcé les mots de "crime contre l'humanité" en Algérie. "La radicalisation doit être gérée par les tribunaux. On arrête toutes les associations qui se sont développées partout sur le territoire en se servant de l'aveuglement volontaire des dirigeants", pointe-t-elle. 
22h16
Le 03 mai 2017
L'UOIF, dont les pères fondateurs des années 80 étaient proches des Frères musulmans, a souvent été accusée d'inviter à ses conférences des interlocuteurs aux propos antisémites ou homophobes, comme le fait Marine Le Pen ce soir. "Ce débat a un mérite formidable, c'est de vous entendre avoir de la compassion pour les homosexuels et les Juifs", rétorque Emmanuel Macron. 
 
L'organisation, qui veut aujourd'hui prendre des distances avec ces propos, a décidé de se rebaptiser "Musulmans de France". Elle a aussi, récemment, répondu aux accusations de Marine Le Pen sur la teneur de son appel à soutenir Emmanuel Macron : 
 

Macron "entre les mains" de l'UOIF : l'organisation musulmane dénonce un "mensonge éhonté" de Le Pen

POLITIQUE - Mardi soir sur TF1, Marine Le Pen a affirmé que son adversaire Emmanuel Macron était "entre les mains" de l'UOIF. 
22h15
Le 03 mai 2017
Comment expliquer la radicalisation de jeunes Français ? "On doit s'interroger. Nous avons notre part de responsabilité, mais la cause principale, ce sont les djihadistes. Il faut faire un travail préventif [sur les déséquilibrés], (...) et avoir une tolérance zéro", explique Emmanuel Macron, appelant à un "examen de conscience" de la France sur ce phénomène. Il l'a également accusée de "porter" la "guerre civile" en France.
22h11
Le 03 mai 2017
La réponse d'Emmanuel Macron sur le prétendu soutien de l'UOIF ? "Je ne les ai jamais rencontrés", précise-t-il en parlant des dirigeants de cette structure, promettant d'interdire et de démanteler les associations qui sont "contraires aux lois de la République". Marine Le Pen liste quant à elle des personnes qui ont participé à des congrès de l'UOIF, organisation qui "soutient" Macron selon elle. 
 

22h09
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron n'a pas l'intention de mettre en prison les personnes fichées S. "La clé, c'est d'améliorer le renseignement", notamment territorial et en ligne, explique-t-il se prononçant pour des "mesures chirurgicales" plutôt que générales. La fermeture des frontières ? "Ca ne sert à rien. (...) Nous avons rétabli des contrôles aux frontières. Ce que vous proposez, c'est de la poudre de Perlimpimpin. Nous avons besoin d'une plus grande coopération" au niveau européen, grâce au fichier aérien PNR. "Vous avez été contre toutes les réformes pour lutter contre le terrorisme", lance-t-il à Marine Le Pen, qui veut remettre les douaniers au cœur de la lutte contre le terrorisme.
22h05
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen veut éradiquer le fondamentalisme islamiste en France et reproche à son opposant de ne pas le faire s'il était élu. Elle enchaîne ensuite en taclant son adversaire sur l'affaire Saou, du nom d'un ancien soutien d'Emmanuel Macron accusé d'avoir tenu des propos anti-Charlie, notamment.
22h02
Le 03 mai 2017
"Je ne tombe pas dans le piège des sauts de cabri", répond Emmanuel Macron, accusé par Marine Le Pen d'avoir dit au lendemain de l'attentat des Champs-Elysées qu'il n'allait pas inventer un programme en matière de lutte contre le terrorisme. Elle lui reproche d'être soutenu par l'Union des Organisations Islamiques de France, qui inviterait selon elle des personnes hostiles aux juifs ou aux chrétiens. 
 

22h00
Le 03 mai 2017
Les deux candidats parlent désormais de la lutte contre le terrorisme.
21h58
Le 03 mai 2017
"C'est le triangle des Bermudes du Medef. Ce sera peut-être Madame Parisot votre Premier ministre...", accuse Marine Le Pen en parlant du programme d'Emmanuel Macron en matière de retraites. "Vous voulez que je mette fin à vos fantasmes ? Non, Laurence Parisot ne sera pas la Premier ministre", répond son adversaire. 
21h57
Le 03 mai 2017
"Madame Le Pen propose de partir à 60 ans, ça coûte 30 milliards, c'est infinançable", commence par attaquer Emmanuel Macron, avant de parler du "système juste" qu'il veut garder lors de l'unification des régimes de retraites qu'il prône. "La réforme de Madame Le Pen se traduira forcément par une hausse des cotisations ou une baisse des pensions", enchaîne-t-il. 
21h54
Le 03 mai 2017
Pour Marine Le Pen, l'âge de départ à la retraite doit revenir à 60 ans "pendant le quinquennat". "Je croyais que c'était sous deux mois", moque Emmanuel Macron. "Parlez de votre projet mais pas du mien", se défend Marine Le Pen. Elle évoque ensuite la responsabilité "du système" dans les difficultés rencontrées pour financer les retraites. Pêle-mêle, elle cite le chômage de masse ou encore la mondialisation comme les causes de ces déficits.
21h51
Le 03 mai 2017
L'atmosphère reste tendue sur le plateau de ce débat, avec une passe d'armes sur la prévention en matière de santé.
21h48
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen dénonce la présence dans l'équipe d'Emmanuel Macron d'un "lobbyiste de Servier". "J'ai une mauvaise nouvelle : 80% des médicaments sont faits à l'étranger. Avec la taxe à l'importation que vous proposez, ça va coûter plus cher", critique le leader d'En Marche !, dénonçant "l'incohérence" de ce qu'elle propose. "Des laboratoires français, il y en a. Et il faut les développer. Mais cela ne se fait pas d'un claquement de doigts, cela ne se passe pas comme ça dans la vraie vie. Peut-être sur un plateau télé, mais pas dans la vraie vie", enchaîne-t-il.  
21h45
Le 03 mai 2017
"Je veux sauver le système de protection sociale", annonce Marine Le Pen, désireuse de faire des économies grâce notamment à la vente à l'unité des médicaments. Les déserts médicaux ? "Il faut augmenter le numerus clausus, que vous n'avez pas augmenté. Il faut mettre en place un stage d'internat de six mois dans les territoires sous-denses", précise-t-elle.
21h42
Le 03 mai 2017
"J'assume tout mon mandat de ministre", affirme Emmanuel Macron, attaqué par Marine Le Pen sur le bilan du quinquennat actuel. L'échange se tend ensuite sur la GPA (Gestation pour autrui). Pour rappel, les deux candidats ne veulent pas la légaliser s'ils sont élus.
21h40
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron dépeint sa concurrente en candidate au financement irréaliste : "Vous prenez les Français pour des enfants. (...) Vous mentez en permanence. Votre projet est un projet caché", pointe-t-il.
21h38
Le 03 mai 2017
"Vous avez raison, la France c'est une civilisation ouverte", répond Emmanuel Macron aux critiques de Marine Le Pen. "Comment vous financez tout ça ?", demande-t-il, voulant mettre l'accent sur l'architecture du projet économique de la candidate FN. Celle-ci évoque alors neuf milliards d'économie sur l'Union européenne (chiffre que conteste son adversaire, qui parle de six milliards), 15 milliards "sur l'immigration", et évoque sans plus de précision "la fraude sociale". 
 
"Du jour au lendemain, la fraude sociale va s'arrêter, la fraude fiscale va s'arrêter ?", moque alors Emmanuel Macron. "Chiche, on essaye", rétorque Marine Le Pen. "Pas avec vous, les Français n'en ont pas envie", contre-attaque l'ancien ministre de l'Economie. "Votre candidature est une candidature par défaut. Je serais vous je me montrerais moins arrogant", enchaîne Marine Le Pen. "Je prends les Français pour des adultes, je ne leur mens pas", assène son adversaire. 
 
Pour le chiffrage économique des deux projets, vous pouvez lire notre article ici.
21h35
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen souhaite rétablir le niveau du quotient familial, baissé sous le quinquennat Hollande, rappelant que son adversaire du second tour y a participé. "Je suis la candidate du pouvoir d'achat, vous êtes le candidat du pouvoir d'acheter", compare-t-elle.
21h33
Le 03 mai 2017
L'échange devient technique sur la fiscalité : Emmanuel Macron détaille ses mesures à l'aide de nombreux chiffres en indiquant que cela revient à une hausse du pouvoir d'achat pour la plupart des Français. Marine Le Pen parle quant à elle de la défiscalisation des heures supplémentaires, de baisse du prix du gaz et de l’électricité, la revalorisation des petites retraites...
21h30
Le 03 mai 2017
"Aucune responsabilité", moque Marine Le Pen sur le programme fiscal de son adversaire. "Vous voulez baisser la taxe d'habitation, ce qui me va bien, mais vous voulez augmenter la CSG de 1,7 point... Votre soutien Jean Pisani-Ferry a reconnu que 60% des retraités vont voir leurs impôts augmenter", lâche-t-elle. "Ce n'est pas vrai", rétorque son adversaire, qui met en avant la baisse de la taxe d'habitation qu'il propose et assure que seuls "les retraités plus aisés des retraités" vont payer plus d'impôts. 
21h29
Le 03 mai 2017
Côté impôts, Emmanuel Macron veut "faire des économies pour baisser les impôts". "L'Etat est aujourd'hui est en déficit, je propose de faire 60 milliards d'économies, pour faire la baisse des charges jusqu'à 2,5 Smic, l'abaissement du taux d'imposition des entreprises de 33% à 25% et la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des Français", détaille-t-il. 
21h27
Le 03 mai 2017
Voici venu le temps du dossier Whrilpool : de manière attendue, un des moments-clés de cet entre-deux-tours est remis sur la table par chacun des candidats. Emmanuel Macron reproche à Marine Le Pen "d'avoir passé un quart d'heure sur les parkings à faire des selfies". Celle-ci l'accuse d'avoir simplement dit aux salariés de cette entreprise menacée de délocalisation "d'accepter la mondialisation". "Je vois que vous voulez jouer avec moi à l'élève et au professeur, ce n'est pas trop mon truc", enchaîne la candidate du FN. 
 
Le ton est, alors, de nouveau monté, Emmanuel Macron tentant de renvoyer son adversaire dans les cordes : "Vous avez proposé la nationalisation de Whirlpool, c'est à se tenir les côtes. [...] Jamais, je n'ai fait ce que vous avez fait l'autre jour [à Whirlpool], c'est-à-dire profiter de la détresse des gens", martèle l'ancien ministre de l'Economie. 
 

Débat de l'entre-deux-tours : Macron et Le Pen s'écharpent sur le sujet de Whirlpool

POLITIQUE - La candidate frontiste a violemment attaqué le leader d'En Marche!, mercredi lors du débat, l'accusant de mépriser les salariés. "J'ai passé des heures avec eux. Vous, vous ne les...
21h24
Le 03 mai 2017
En matière de délocalisation, Marine Le Pen veut mettre en place un "fonds souverain" pour sauver des entreprises comme Vivarte des "fonds vautour". Selon elle, Emmanuel Macron veut mettre en place "la loi du plus fort". Un fonds souverain ? "Cela existe déjà, rétorque l'ancien locataire de Bercy, cela s'appelle l'Agence des participations. (...) Vous racontez n'importe quoi."
21h20
Le 03 mai 2017
En ce début de débat, Marine Le Pen a décidé d'attaquer frontalement son adversaire sur son passé au ministère de l'Economie, lui demandant "d'assumer ses responsabilités". Emmanuel Macron tente lui de répliquer sur l'absence de véritables propositions de son opposante, auteure selon lui de "grandes bêtises". "Vous pouvez m'imputer tous les péchés des 30 dernières années, je suis dans la vie politique depuis moins longtemps que vous. Vous ne travaillez pas les dossiers industriels", enchaîne l'ancien ministre de l'Economie. 
21h18
Le 03 mai 2017
"Je veux que les négociations aient lieu par branche", pose Marine Le Pen. Laquelle reproche à son adversaire de vouloir créer une concurrence déloyale avec des négociations "par entreprises". "Monsieur Macron veut faire une loi El Khomri puissance 10, en suivant la feuille de route de l'Union européenne. Cette dérégulation totale va créer des chômeurs supplémentaires", poursuit la dirigeante frontiste.
21h14
Le 03 mai 2017

Le ton monte déjà. Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron d'avoir vendu SFR à Patrick Drahi, qui le soutient. "Je n'étais pas ministre", lui rétorque le candidat d'n Marche!. La candidate du FN contre-attaque en citant des prises de position d'Emmanuel Macron sur Alstom. 

"Des bêtises, vous en dîtes beaucoup", tacle alors Emmanuel Macron, qui n'a donc pas décidé d'encaisser les coups sans rien dire. "Je vais vous expliquer car vous n'avez pas l'air de connaître les dossiers. Ce sont deux entreprises différentes. D'un côté, ce sont des turbines, de l'autres, ce sont des téléphones", ironise-t-il.  

 

Débat : pour prouver que selon elle Macron a validé la vente de SFR, Marine Le Pen parle de… Alstom - Le Lab Europe 1

Débat : pour prouver que selon elle Macron a validé la vente de SFR, Marine Le Pen parle de… Alstom

 

21h13
Le 03 mai 2017
Cible des attaques de Marine Le Pen, Emmanuel Macron tente de se défendre : "Votre stratégie, ça fait des décennies, c'est simplement de dire beaucoup de mensonges, mais vous ne proposez rien", lâche-t-il, contré par Marine Le Pen sur son dîner à la Rotonde au soir du premier tour.
21h14
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen préfère charger son adversaire que de dérouler ses propositions. Ce que lui reproche Emmanuel Macron. "Ça fait trois minutes que vous nous expliquez votre stratégie pour faire baisser le chômage. Vous ne nous proposez rien", tacle le candidat d'En Marche, accusant sa rivale de "mensonges". "Vous dites beaucoup de bêtises. Cela ne fait pas progresser le pays", assène-t-il.
21h11
Le 03 mai 2017
"Si vous aviez la recette pour réduire le chômage, pourquoi vous n'avez pas fait profiter Monsieur Hollande de vos recettes ?", charge Marine Le Pen, pointant des résultats selon elle "catastrophiques" de son opposant à Bercy, entre 2014 et 2016. La candidate frontiste déroule ensuite ses propositions en matière économique : baisser les charges pour les TPE-PME, instaurer du "patriotisme économique"... "Vous êtes la France qui se soumet aux exigences de l'Union européennes", attaque-t-elle encore.
21h08
Le 03 mai 2017
[PAUSE LAB] - Dès les premières minutes, Marine Le Pen s'est montrée offensive. Elle a qualifié son adversaire "d'enfant chéri du système", auteur de "choix cyniques", "d'arguments de campagne honteux qui révèlent la froideur du banquier d'affaires que vous n'avez cessé d'être". Comme le note Le Lab, la candidate du FN a condensé toutes ses attaques habituelles en quelques phrases. 
 

21h08
Le 03 mai 2017
Quel est le problème de la France depuis 30 ans ? "Le taux de chômage", indique Emmanuel Macron, qui veut "de la simplicité" en créant "un droit à l'erreur" : ainsi, l'administration ferait d'abord de la prévention avant de sanctionner. Il explique également qu'il veut supprimer le RSI et mettre l'accent sur la négociation à l'intérieur des branches pour créer de l'emploi dans les entreprises. En un mot ? "Du pragmatisme", dit-il.
21h05
Le 03 mai 2017
Réponse d'Emmanuel Macron aux attaques de Marine Le Pen : "Vous n'êtes en tout cas pas la candidate de l'esprit de finesse", dit l'ancien ministre de l'Economie. Il charge la fille de Jean-Marie Le Pen sur son héritage, sur sa "logorrhée" et sa volonté de "sortir de l'Europe". Face à "l'esprit de défaite" qu'aurait son adversaire, lui met en avant "l'esprit de conquête" de la France.
21h03
Le 03 mai 2017
C'est à Marine Le Pen d'ouvrir le bal. Elle se dit "heureuse", attaquant sans attendre Emmanuel Macron, "enfant-chéri du système", candidat de la "mondialisation sauvage", de la "guerre de tous contre tous". Au contraire, elle serait "la candidate du peuple" et de "la nation qui protège".
 

21h00
Le 03 mai 2017
C'est parti pour le débat de l'entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, à quatre jours du second tour de l'élection présidentielle !
20h42
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - Les proches de la candidate du FN pensent d'ailleurs, selon Olivier Beaumont, journaliste au Parisien et spécialiste du Front national, qu’elle va largement faire meilleure impression mercredi soir face à Emmanuel Macron. "Tout son entourage le dit : ‘elle va le bouffer’", a assuré mercredi sur Europe 1 l’auteur de Dans l’enfer de Montretout, une biographie de Marine Le Pen.
 

Débat : "’Elle va le bouffer’, dit l’entourage de Marine Le Pen"

POLITIQUE - Selon Olivier Beaumont, journaliste spécialiste du Front national, les proches de la candidate frontiste ont foi en ses qualités de débatteuse. 
20h40
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - "Plus que de débattre, lui, ce qu'il aime, c'est convaincre. Ce soir, ça va donc être compliqué".  François-Xavier Bourmaud, journaliste au Figaro et auteur de Macron, l'invité surprise, estime que le favori des sondages ne part pas vraiment favori pour ce débat. "Il n'aime pas du tout la contradiction. Il s'est fait coincer une fois sur l'affaire du costard à Lunel. Ça, il l'a corrigé la semaine dernière en allant voir les salariés de Whirlpool", argumente François-Xavier Bourmaud.
 
"Emmanuel Macron a tout intérêt à essayer d'ancrer le débat sur un terrain économique et à faire apparaître le nouveau clivage entre les pro-européens contre les souverainistes", poursuit le journaliste. 
20h13
Le 03 mai 2017
C'est au tour d'Emmanuel Macron de faire son entrée dans les studios de la Plaine-Saint-Denis, une vingtaine de minutes après la candidate FN. Interrogé par BFMTV, le candidat d'En Marche! a déclaré vouloir "démontrer que le projet de Marine Le Pen n'est pas de nature à répondre aux défis du pays". 
 
 
20h01
Le 03 mai 2017
Entre la lutte contre le chômage, la menace terroriste ou encore le pouvoir d'achat, les thématiques ne manquent pas ce soir pour interroger les deux finalistes à la présidentielle. Au total, Emmanuel Macron et Marine Le Pen seront interrogés sur une douzaine de thèmes par Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq, indique franceinfo. La liste et l'ordre des questions ont par ailleurs été arrêtées par les organisateurs et les équipes des candidats. 
19h46
Le 03 mai 2017
Marine Le Pen est arrivée tout sourire au studio de la Plaine-Saint-Denis, où se déroulera la confrontation avec Emmanuel Macron. "J'attends que ce débat soit utile pour les Français", a déclaré la candidate FN à BFMTV. 
 
 
 
19h37
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Pendant cinq ans, ça va compter ce qu'on va voir ce soir", estime Olivier Duhamel. "De quel candidat va-t-on se souvenir quand il sera Président ? A quoi va-t-on le confronter plus tard ?", s'interroge le politologue, rappelant l'anaphore de François Hollande - "moi Président" -, lors du débat d'entre-deux-tours de 2012. 

 
19h25
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Le débat de ce soir sera "un exercice de domination psychologique de l'autre. Celui qui prend(ra) l'avantage, c'est celui qui donne(ra) le ton à l'échange", analyse Serge July, cofondateur du journal Libération, invité au micro d'Europe Soir. Assurant : "Celui qui donne(ra) le la (sera) Président."
 
 
19h08
Le 03 mai 2017
Mimiques, gestuelles, public... Savez-vous vraiment à quoi vous allez faire attention lors du débat ce soir ? Parce que les détails interpellent notre cerveau sans que l’on s’en rende forcément compte, nous vous compilons ces "petits signaux" qui ont pourtant toute leur importance. Un article à retrouver ici.
18h52
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Pour Olivier Duhamel, "jamais les débats n'ont autant pesé que durant cette campagne". "Les débats ont détruit des candidats, ont créé des victoires. Regardez Fillon, regardez le score de Mélenchon... Tout cela vient des débats. C'est une chose absolument nouvelle, les débats peuvent faire bouger les électeurs", assure le politologue, invité au micro d'Europe Soir.
 

18h27
Le 03 mai 2017
 
A quelques heures du débat de l'entre-deux-tours, Emmanuel Macron est toujours donné vainqueur du second tour face à Marine Le Pen dans les sondages. Dans son enquête, l'Ifop donne le candidat d'En Marche! à 60% d'intentions de vote, contre 40% pour sa rivale. Un écart identique à ce qu'il était le 24 avril, au lendemain du premier tour de scrutin.
 
 
18h08
Le 03 mai 2017
François Hollande, encore. Lors de ce même déplacement couvert par la presse, le chef de l'Etat a souligné le caractère "très particulier" du débat de l'entre-deux-tours.
 
"C'est un débat qui est très particulier puisque c'est le premier débat entre un candidat qui représente l'ensemble de la République et une candidate d'extrême droite"
 
Sans vouloir donner de "conseils" à son ancien ministre Emmanuel Macron, le chef de l'Etat a affirmé attendre du débat, retransmis sur France 2 et TF1, qu'il "montre que ce n'est pas seulement deux personnalités, deux projets mais deux conceptions de la France, de l'Europe et du monde" lors de ce duel inédit. Assurant au passage :
 
"Je suis sûr qu'Emmanuel Macron saura trouver les mots"
18h01
Le 03 mai 2017
Mais que fera François Hollande ce soir ? Alors que le chef de l'Etat n'avait pas assisté au deuxième round de la primaire de la gauche, il devrait cette fois devant sa télé à 21 heures... Mais entre la demi-finale de Ligue des Champions, qui oppose l'AS Monaco à la Juventus de Turin, et le débat des deux finalistes, son coeur balancerait-il ? Interrogé sur son programme par une journaliste de BFMTV, François Hollande a en tout cas répondu en souriant : "Oui bien sûr, le match... Non, je vais regarder le débat."
17h53
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Le problème pour Emmanuel Macron, c'est de ne pas laisser Marine Le Pen marquer son rythme à elle" ce soir, assure Michèle Cotta, dans Les Grandes Voix. "C'est-à-dire ne pas être contraint à défensif uniquement et à être offensif de temps en temps."

 
17h36
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Lors du débat entre François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing, "ils étaient polis tous les deux. (...) Là (entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen), j'ai l'impression qu'il n'y a pas de respect du tout pour l'un et l'autre", juge Michèle Cotta au micro des Grandes Voix
17h40
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "L'électorat de Macron, à 60%, va mettre un bulletin par défaut", indique Robert Namias dans Les Grandes Voix. Un taux d'adhésion très faible que le candidat d'En Marche! va devoir renverser ce soir. "Il va falloir qu'il se fasse aimer et qu'il fasse adhérer à son projet", juge Robert Namias.
 

17h17
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Tout le monde peut prendre des coups, tout le monde peut marquer des points", assure David Doukhan, chef adjoint du service politique d'Europe 1, dans la quotidienne des Grandes Voix.
 
Pour marquer des points, Michèle Cotta suggère aux candidats de "casser" leur image. "La difficulté (de Marine Le Pen) va être d’imposer un personnage plus présidentiel, (...) moins dans l'invective", décrypte la journaliste. Pour Emmanuel Macron, l'enjeu sera, selon elle, de "dominer sa jeunesse et l'impression qu'il donne d'inexpérience."
 

17h04
Le 03 mai 2017
Il est un peu plus de 17 heures et Europe 1 passe en édition spéciale jusqu'à minuit. A quelques heures d'un débat d'entre-deux-tours très attendu entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, retrouvez les analyses de nos éditorialistes et les débriefings des journalistes de notre service politique. Un programme à retrouver ici.
16h29
Le 03 mai 2017
À suivre sur Europe 1 d'ici 30 minutes : La quotidienne des Grandes Voix, présentée par Sonia Mabrouk. L'émission sera évidemment consacrée au débat de ce soir. Autour de la table : les éditorialistes Gérard Carreyrou, Robert Namias, Michèle Cotta, David Doukhan, et le reporter Justin Morin, en direct du studio de la Plaine-Saint-Denis, où se déroulera la confrontation entre les deux finalistes du second tour.
16h13
Le 03 mai 2017
Christophe Jakubyszyn relèvera-t-il le défi ? Dans Le Grand Direct des Médias ce matin, Christine Berrou a lancé une mission au journaliste de TF1, qui animera le débat aux côtés de Nathalie Saint-Cricq (France 2) : placer le mot... "farigoule". Voilà qui s'annonce compliqué...
 
16h00
Le 03 mai 2017
S'il n'avait pas assisté au deuxième débat de la primaire de la gauche, préférant aller voir la dernière de Seul... avec vous, de Michel Drucker, nul ne sait si François Hollande sera devant sa télé à 21 heures. Demain soir, en revanche, le chef de l'État se rendra au Bataclan pour la première fois depuis le drame du 13 novembre 2015, selon les informations de Libération. Au programme : Ingérable, le spectacle de l'humoriste Yacine Belattar.
15h25
Le 03 mai 2017
À moins de six heures du débat désormais, "Marine Le Pen se prépare dans le calme", assure l'historique lepéniste Bruno Gollnish, sur BFMTV. Emmanuel Macron, de son côté, semble impatient d'en découdre. Son déplacement prévu cet après-midi en Île-de-France a même été annulé afin de mieux se concentrer pour le moment fatidique.
15h00
Le 03 mai 2017
Demandez le programme ! Europe, immigration, fiscalité... Les mesures préconisées par les deux finalistes sont aux antipodes les unes des autres. Pour vous y retrouver, nous vous avons résumé les principales propositions des candidats dans cet article.
14h32
Le 03 mai 2017
Quelle audience pour le débat ? Depuis leur instauration en 1974, les débats d'entre-deux-tours enregistrent des taux d'audience record . Près de 25 millions de téléspectateurs avait regardé le premier entre François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing. Sept ans plus tard, ils étaient 30 millions, tout comme en 1988 entre François Mitterrand et Jacques Chirac. En 1995 en revanche, le débat animé par Alain Duhamel et Guillaume Durand n'avait réuni "que" 16,78 millions de téléspectateurs. En 2007, ils étaient 20,46 millions derrière leur écran et 17,79 millions en 2012.
 
Ce soir, les chiffres pourraient souffrir de la concurrence... Car dans le même temps sur BeIN Sports, Monaco affrontera la Juventus Turin, en demi-finale aller de la Ligue des champions (20h45).
 
Pour information, plus de 22 millions de personnes ont suivi à la télévision l'annonce des résultats du premier tour le 23 avril dernier à 20 heures.
14h11
Le 03 mai 2017
Selon Google Trends, les cinq questions les plus posées à propos du débat de ce soir sur le célèbre moteur de recherche sont :
 
  • Sur quelle chaîne a lieu le débat ?
Les téléspectateurs pourront regarder le débat sur TF1, France 2, mais aussi sur les chaînes d’information CNews et BFM TV. L’intégralité de la confrontation est également à suivre sur Europe 1 et sur Europe1.fr, avec un live consacré.
 
  • Qui présente le débat ?
Exit Gilles Bouleau et David Pujadas, les deux présentateurs vedettes de TF1 et France 2, initialement annoncés puis évincés. Ce seront Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) qui ont finalement été choisi en raison d'un impératif de mixité. Leur portrait est à lire sur Europe1.fr.
 
  • À quelle heure est prévu le débat ?
Les hostilités débuteront à 21 heures, mais l'avant-débat est à suivre sur Europe 1, avec les Grandes voix réunies autour de Sonia Mabrouk, de 17 à 18 heures, avant la grande spéciale présentée par Nicolas Poincaré à partir de 18 heures.
 
  • Combien de temps dure le débat ?
L’échange doit durer 2h20 au total. Le tirage au sort réalisé le 25 avril a décidé de la répartition des sièges et du temps de parole. À gauche, Marine Le Pen sera la première à s'exprimer, tandis que la conclusion reviendra au leader d’En Marche !, placé à droite.
 
  • Comment se préparent les candidats au débat ?
Emmanuel Macron entend "aller au corps à corps pour démontrer" que ce qu'elle propose, "ce sont des fausses solutions". "Il devient de plus en plus fébrile (...) Je lui conseille de garder son calme", a répliqué jeudi soir sa rivale.
 
Selon l'entourage du candidat de l'ancien ministre de l'Économie, face à un argumentaire FN "assez simpliste", il s'agira de "mettre en avant le flou du programme comme cette reculade totale sur la sortie de l'euro", qui ne figure plus au premier rang des priorités de la candidate.
 
"Ces attaques, on les a toutes anticipées", répond l'équipe de Marine Le Pen, qui compte aussi le titiller sur ses relations avec les grands patrons, mais aussi son projet de lutte contre le terrorisme. 
13h53
Le 03 mai 2017
[FLASHBACK] Du "monopole du cœur" de Giscard en 1974 à l'anaphore de Hollande en 2012, le débat télévisé a toujours livré des moments forts. En attendant celui de ce soir, Europe 1 vous propose de (ré)entendre quelques répliques passées à la postérité, plus ou moins assassines, et, bien souvent, sorties de la bouche du vainqueur.
13h40
Le 03 mai 2017
Emmanuel Macron "n'aime pas recevoir de leçons", à en croire son ancien directeur de collège à Amiens, tandis que Marine Le Pen aurait tendance "à tourner le dos" face à la difficulté, selon Lorrain de Saint-Affrique, le conseiller com' de Jean-Marie Le Pen. Europe 1 est allé demander aux proches des candidats de lister leurs points forts et leurs points faibles en débat :
 
 
 
13h15
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Pour Raphaël Stainville, rédacteur en chef du service politique de Valeurs Actuelles, le débat de ce soir "participe de la normalisation du FN". En 2002, Jacques Chirac avait refusé d’affronter sur un plateau télé Jean-Marie Le Pen pour ne pas donner l’impression de banaliser l’extrême droite. "Marine Le Pen s’installe, progressivement, au cœur de la vie politique française", estime encore le journaliste, invité d’Europe Midi.
 
"Ce débat n’a même pas fait débat, c’était une évidence pour les finalistes d’affronter Marine Le Pen", souligne aussi de son côté Matthieu Croissandeau, directeur de la rédaction de L'Obs, également invité d’Europe 1.
13h08
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] En 2007, Ségolène Royal affronte Nicolas Sarkozy. Arlette Chabot, qui coprésente ce débat avec Patrick Poivre d’Arvor, se souvient du coup de gueule de la candidate, reprochant à son adversaire de laisser de côté la scolarisation des enfants handicapés. "Il y a des colères qui sont parfaitement saines, parce qu’elles correspondent à la souffrance des gens", fait alors valoir la socialiste.
 
"Elle a feint une colère pour essayer de perturber le calme que Nicolas Sarkozy affichait", raconte à propos de cette séquence Arlette Chabot dans Europe Midi. "Si il y avait eu des plans d’écoute dans ce débat, on aurait vu que Nicolas Sarkozy avait dans les mains un stylo qu’il tournait, et qu’il regardait assez peu Ségolène Royal pour rester zen et serein, et échapper à une réaction un peu vive".
 
13h03
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Tout est prêt, tout est réglé", assure dans Europe Midi Tristan Carné, le réalisateur du débat. "Ce matin, un accord a été trouvé entre les candidats pour finalement accepter les plans d’écoute", qui montrent les réactions d'un candidat lorsque l'autre s'exprime.
 
"L’idée, c’est de montrer des candidats qui réagissent à ce que dit un autre candidat en opinant du chef ou en disant non de la tête. Ça raconte quelque chose que les téléspectateurs ont envie de voir", souligne-t-il. "En revanche, le plan de coupe qui montre un candidat se gratter l’oreille ou en train d’écrire sur ses fiches n’apporte pas grand-chose et pourrait laisser penser qu’il ne connaît pas ses dossiers, donc ceux-là ne seront pas voués à être montrés", explique-t-il au micro d'Europe 1.
12h34
Le 03 mai 2017
Lumière, décor, gestuelle, expressions du visage... Lors du débat, quelques détails vont sans doute interpeller votre cerveau... sans même que vous vous en rendiez compte. Neurologues, psychologues et autres spécialistes du langage vous expliquent tout.
12h21
Le 03 mai 2017
[PAUSE LAB] Sur LCI, Gérard Collomb a distillé quelques conseils à Emmanuel Macron, qu’il doit rejoindre plus tard dans la journée pour le préparer à la confrontation de ce mercredi soir. Parmi ces suggestions, celle de "garder un peu de réserve plutôt que de vouloir rendre coup sur coup. Parce que face à Marine Le Pen, ça peut très vite se transformer en combat de boxe" ou encore "montrer qu’il est déjà dans sa tête président de la République et qu’il a une certaine dignité".
12h03
Le 03 mai 2017
[PORTRAIT] Nathalie Saint-Cricq et Christophe Jakubyszyn seront les deux animateurs de ce débat. Qui sont-ils et comment se sont-ils préparés ? Europe1.fr vous dit tout sur ces journalistes politiques qui, de leur propre aveu, "se connaissaient assez peu" avant la semaine dernière
 
12h09
Le 03 mai 2017
Au total, il y aura quatorze caméras ce soir du côté de la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris. L'une d'entre elles filmera les candidats lors de leur arrivée à l'extérieur.
11h35
Le 03 mai 2017

Selon un dernier sondage réalisé par l'institut Elabe pour L'Express et BFMTV, 18 % des Français ne se sont pas encore décidés, à quatre jours désormais du second tour.

"Ni l'un, ni l'autre ne me plaisent, donc j'attends de voir le débat pour voir exactement si ça va faire pencher la balance", explique Didier, 57 ans, sur Europe 1. "Mais je voterai, c'est sûr".

11h21
Le 03 mai 2017

[QUIZ] En attendant le débat, êtes-vous bien sûr de tout connaître sur les programmes des deux finalistes ? Pour le savoir, faîtes notre quiz !

 

11h13
Le 03 mai 2017
C'est le premier échange tendu de la journée : sur franceinfo, le secrétaire général d'En Marche ! Richard Ferrand a affirmé ne "rien" comprendre à ce que veut faire Marine Le Pen concernant l'euro. "Pourtant, c'est extrêmement clair", a aussitôt rétorqué Florian Philippot, accusant le camp adverse de vouloir "faire peur" en "maniant la caricature".
 
Le secrétaire général d'En Marche! a ensuite expliqué qu'Emmanuel Macron entendait notamment "créer des règles sur la morale publique" pour "réconcilier les Français avec le monde politique". "Ceci d'ailleurs ferait que lorsque Mme Le Pen est convoquée par la police elle réponde à ces convocations et que le Front national paye ses dettes au Parlement européen qu'il ne fréquente jamais, mais dont il se nourrit abondamment", a-t-il lancé. "Ça c'est de la diffamation", a alors répondu Florian Philippot. "Mais attaquez moi", a riposté le responsable En marche !.
 
Et les deux hommes de poursuivre leur échange ponctué de "vous êtes grossier comme votre candidate", "triste sire", ou "lapin Duracell de la sottise", (Ferrand) et de "restez calme, ça va bien se passer", "je ne suis pas dans l'insulte, moi" (Philippot). De quoi augurer du ton du débat télévisé mercredi soir entre les candidats.
11h04
Le 03 mai 2017
Tout, dans l'organisation, est millimétré : une table ovale de 2,50 m, une atmosphère volontairement feutrée, pas de public, une température aux alentours de 19 degrés et un ordre établi à l'avance : Marine Le Pen, qui sera assise à gauche, s'exprimera en premier.
 
 
10h45
Le 03 mai 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Inédit, ce débat le sera aussi en raison des journalistes choisis : Christophe Jakubyszyn (TF1) et Nathalie Saint-Cricq (France 2) remplaceront ce soir Gilles Bouleau et David Pujadas, d’abord annoncés puis évincés après la demande du camp d’Emmanuel Macron, souhaitant un duo mixte aux manettes. "Ils ont été sacrifiés au nom de la parité", reconnaît Christophe Jakubyszyn au micro du Grand Direct des Médias d'Europe 1. Le journaliste reconnaît par ailleurs avoir "un peu la pression".
 
10h31
Le 03 mai 2017
Lors du débat télévisé le 20 mars dernier entre les onze candidats du premier tour, les deux futurs finalistes s'étaient déjà échangé quelques amabilités, le premier lui disant ne pas avoir "besoin d'un ventriloque" et la seconde l'accusant notamment de "vide absolu, sidéral" sur l'international.
 
10h18
Le 03 mai 2017
Selon son entourage, Emmanuel Macron se prépare de façon "classique" avec des notes... et du repos. De son côté, Marine Le Pen, qui entretient toujours un certain mystère sur son emploi du temps, "travaille et affine ses arguments", d'après un responsable FN. "Elle prépare sans doute quelques coups", avance-t-on.
 
À celui qu'elle dépeint en "adversaire du peuple" et héritier du président actuel, la candidate, donnant le ton, a lancé hier sur Twitter : "Si M. Macron ne se sent pas à l'aise" dans le débat, "il peut toujours demander à François Hollande de venir lui tenir la main". "On ne choisit pas son président dans l'invective", rétorquent les macronistes.
 
 
10h09
Le 03 mai 2017
  
[COMMANDEUR NEWS] Ce matin dans la matinale d'Europe 1, Jérôme Commandeur se glissait dans la peau de Jean-Claude Poncif pour nous livrer, avec humour, les grands moments des débats présidentiels et quelques exclus sur celui de ce soir... Une séquence à revoir ici :
09h55
Le 03 mai 2017
Les élus LR sont priés de regarder le débat avec un certain détachement... C'est, en sous-texte, le message de François Baroin, qui conduira la campagne des Républicains pour les législatives. Le sénateur de l'Aube a averti mercredi que les élus qui "se rapprochent du Front national" pour la présidentielle, tout comme ceux qui "se rapprochent de Macron" avant les législatives, seront tout bonnement exclus du parti.
09h46
Le 03 mai 2017
[SONDAGE] Selon un sondage Ipsos Sopra-Steria et le Cevipof pour Le Monde diffusé ce mercredi, le candidat d'En Marche ! est crédité de 59% des intentions de vote, contre 41% pour Marine Le Pen.
 
Des estimations que le débat ne devrait pas vraiment chambouler, à en croire les précédentes élections : en 2007, Nicolas Sarkozy était donné à 53,5% contre 46,5% pour Ségolène Royal, par un sondage Ipsos/Dell publié le matin du débat. Quatre jours plus tard, il l’emportait avec 53,06% des suffrages. En 2012, le président sortant était cette fois crédité de 46,5% des intentions de vote face à François Hollande (53,5%), dans une enquête BVA, également publiée le jour du duel télévisé. Le 6 mai, le socialiste l’emportait avec 51,64% des suffrages.
09h33
Le 03 mai 2017
Pour Emmanuel Macron comme pour Marine Le Pen, ce tête-à-tête est grande une première. Europe 1 est allé à la rencontre des proches des deux candidats pour tenter d’en savoir plus sur leurs atouts et leurs faiblesses à l’oral.
09h24
Le 03 mai 2017
[REVUE DE PRESSE] Le débat d'entre-deux-tours est évidemment à la Une de tous les journaux ce matin. "Le débat s'annonce animé, voire agité", prévient le quotidien Les Échos dans son édito. "Une première sous haute tension", assurent quant à eux François-Xavier Bourmand et Emmanuel Galiero, dans Le FigaroLibération s'attend pour sa part à "un débat intense". "L'euro sera au centre du débat", croit enfin savoir Sud-Ouest.
09h11
Le 03 mai 2017
Dimension de la table, température sur le plateau, date et durée du débat... Le journaliste et réalisateur Serge Moati, ancien conseiller de François Mitterrand, a raconté ce matin sur Europe 1 comment il avait négocié avec l'équipe de Valéry Giscard d'Estaing pour établir ces règles, lors du débat d'entre-deux-tours de 1981. Autant de préceptes qui ont encore cours aujourd'hui.
08h58
Le 03 mai 2017

Bonjour et bienvenue dans ce live spécial débat d'entre-deux-tours. Europe1.fr vous invite à suivre en direct la journée qui verra s'affronter les deux finalistes de l'élection présidentielle à 21 heures. Et ne manquez pas, à 18 heures, notre édition spéciale sur Europe 1 et Europe1.fr.

09h06
Le 02 mai 2017
Suivez mercredi, à partir de 9 heures, notre live sur les coulisses et les préparatifs du débat d'entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, les deux finalistes de l'élection présidentielle.
LIVE

A quatre jours du second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, finalistes de l’élection présidentielle, se sont affrontés jeudi soir dans un débat rugueux avec l'objectif de consolider leur socle électoral mais aussi de convaincre des indécis encore nombreux face à un front républicain bancal.

Un débat de l’entre-deux-tours particulièrement musclé. Les deux finalistes de l’élection présidentielle ont multiplié les invectives, le plus souvent au détriment des propositions de fond. Le parcours des deux candidats, le cas Whirlpool, le dossier SFR, le soutien de l’UOIF, l’Europe ont été l’occasion d’autant d’échanges particulièrement vifs.