Edouard Philippe devant l'Assemblée : revivez le discours de politique générale

  • A
  • A
Edouard Philippe devant l'Assemblée : revivez le discours de politique générale
Édouard Philippe à la tribune de l'Assemblée nationale, devant les députés.
Partagez sur :

Le gouvernement Philippe a obtenu mardi une large confiance de l'Assemblée nationale avec 370 voix pour et 67 contre.

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
18h54
Le 04 juillet 2017
L'Assemblée nationale a approuvé la déclaration de politique générale, avec 370 votes en sa faveur, contre 67.
18h44
Le 04 juillet 2017
Philippe plus fort que Villepin ?
Si la confiance au gouvernement devrait être votée sans aucun doute, c'est le nombre de ces votes qui est encore inconnu.
 
Depuis 2005, c'est Dominique de Villepin qui recueille le plus de suffrages "pour" (363 contre 178 en 2005) lors d'un vote de confiance, suivi de François Fillon (326 contre 226 en 2010 et 321 contre 224 en 2007), Manuel Valls en avril 2014 (306 contre 239), Bernard Cazeneuve (305 contre 239 en 2016), Jean-Marc Ayrault (302 contre 225 en 2012) et Manuel Valls en septembre 2014 (269 contre 244).
 
Logiquement, Édouard Philippe devrait se situer au moins au niveau de François Fillon grâce à sa majorité de 308 députés REM et 47 MoDem. Avec neuf votes "pour" des Constructifs, il passerait devant Dominique de Villepin. Mais resterait très loin d'Alain Juppé, son mentor : celui-ci avait récolté 464 voix pour contre 100 en 1996. Un record sous la Vème République.
18h19
Le 04 juillet 2017
Les 577 députés vont maintenant voter, ou non, la confiance au gouvernement Philippe. Le scrutin sera clos à 18h45 et son résultat annoncé dans la foulée.
18h12
Le 04 juillet 2017
Philippe justifie le recours aux ordonnances.
Le Premier ministre ne s'étonne pas que Jean-Luc Mélenchon choisisse de s'opposer aux ordonnances. En revanche, il se dit davantage surpris par la position des députés Les Républicains, représentés par Christian Jacob. "Ces ordonnances ont été évoquées par le candidat avant l'élection présidentielle. Elles ont été évoquées et discutées après l'élection présidentielle et avant les élections législatives", justifie-t-il.
 
 
17h55
Le 04 juillet 2017
Un hémicycle animé pour le discours de Philippe.
Loin du silence qui régnait dans la salle du Congrès à Versailles, lundi, l'hémicycle était bruyant mardi, pour le discours d'Édouard Philippe. Si les députés de la droite n'ont pas hésité à l'interpeller, leurs voix ont été couvertes par les nombreux applaudissements des parlementaires REM, comme l'analyse Michèle Cotta, des Grandes Voix.d'Europe 1.
 
17h48
Le 04 juillet 2017
Un Premier ministre inféodé à Emmanuel Macron ? 
D'après Charles Villeneuve, le président de la République va trancher les arbitrages dans les dossiers délicats de ce quinquennat, alors qu'Édouard Philippe devra se contenter d'un rôle de "directeur général".
17h36
Le 04 juillet 2017
Un calendrier flou ?
Professeur en communication à Sciences Po, Philippe Moreau-Chevrolet estime dans les Grandes Voix d'Europe 1 que le calendrier des réformes annoncées par Édouard Philippe est "flou".
17h25
Le 04 juillet 2017
Edouard Philippe, un discours manqué ?
Pour l'éditorialiste Robert Namias, le discours "très précipité" d'Édouard Philippe n'était pas réussi. "C'était pas terrible aujourd'hui", analyse celui qui fait partie des Grandes Voix d'Europe 1, à retrouver ici en vidéo
17h09
Le 04 juillet 2017
Marc Fesneau (MoDem) s'exprime.
Autre président de groupe de la majorité à s'exprimer après Richard Ferrand, Marc Fesneau rappelle que les députés MoDem vont voter la confiance au gouvernement, ainsi que les lois portées dans les premières semaines de cette nouvelle législature, comme celle de la confiance dans la vie démocratique.
 
 
17h01
Le 04 juillet 2017
Alors qu'il pouvait parler jusqu'à 50 minutes, Richard Ferrand a décidé de s'exprimer seulement une grosse vingtaine de minutes. Le vote pour la confiance devrait intervenir un peu vers 18 heures, après les autres interventions des groupes parlementaires.
16h53
Le 04 juillet 2017
Christian Jacob n'épargne pas vraiment Édouard Philippe, rendu quasiment responsable de la défaite de son parti à la présidentielle et aux législatives.
 
16h51
Le 04 juillet 2017
Christian Jacob (LR) intervient.
Au tour de Christian Jacob d'intervenir à la tribune. Le président du groupe Les Républicains, dans l'opposition, ironise sur le changement de mouvement d'Édouard Philippe, qui fut le lieutenant d'Alain Juppé à la primaire de droite en novembre 2016 avant de se rapprocher d'Emmanuel Macron à la veille de son élection : il détaille la plateforme programmatique LR, que le Premier ministre devrait connaître.
 
 
 
 
16h14
Le 04 juillet 2017
Édouard Philippe termine sa déclaration en demandant la confiance.
Après avoir égrainé des mesures très précises sur le programme gouvernemental, Édouard Philippe annonce qu'il engage la responsabilité du gouvernement en demandant la confiance aux députés.
16h12
Le 04 juillet 2017
Europe : trois priorités.
Édouard Philippe annonce trois priorités pour l'Union européenne : "tout faire pour réconcilier les Français avec l'Union européenne, favoriser une Europe qui protège, et préparer trois négociations décisives : redéfinir le projet d'Union à 27, conduire une négociation ordonnée de sortie du Royaume-Uni, ainsi que l'étude des perspectives politiques et financières de l'Union après 2020."
16h01
Le 04 juillet 2017
Un "grand plan d'investissement" en projet.
Le Premier ministre annonce le lancement d'un "grand plan d'investissement" de 50 milliards d'euros dans les secteurs d'avenir, comme la transition écologique. 
16h00
Le 04 juillet 2017
ISF : une réforme appliquée en 2019.
L'Impôt de Solidarité sur la Fortune sera resserré sur le seul patrimoine immobilier (une réforme reportée à 2019).
15h53
Le 04 juillet 2017
Déficit budgétaire : l'objectif de 3% en 2017 confirmé.
"Mon objectif est de réduire le déficit sous la barre des 3% dès 2017", confirme Édouard Philippe, qui annonce que les contribuables ne seront pas la variable d'ajustement, au contraire. Les prélèvements obligatoires baisseront de 20 milliards d'ici 2022."
15h50
Le 04 juillet 2017
Le dérapage budgétaire est "grave".
"Le constat est grave", dresse Édouard Philippe : "huit milliards d'euros de dépenses non financées". "Chaque année, la France dépense 42 milliards d'euros pour rembourser ses intérêts", rappelle-t-il. 
15h48
Le 04 juillet 2017
Le transfert vers la hausse de la CSG de la suppression des cotisations d'assurance maladie et de chômage va redonner du pouvoir d'achat "à 20 millions de Français", dès 2018. Une hausse de la prime d'activité est également prévue car "le travail doit payer"
15h47
Le 04 juillet 2017
En matière de réforme du Code du travail, Édouard Philippe justifie une rénovation du modèle social. Il rappelle que l'examen du projet de loi d'habilitation pour les ordonnances démarre dans les jours qui viennent.
15h44
Le 04 juillet 2017
Un "nouveau service national" sera mis en place, avec un chantier ouvert avant la fin de l'année.
15h42
Le 04 juillet 2017
"Fils de profs", Édouard Philippe alarme les députés sur le creusement des inégalités et la baisse du niveau scolaire. "Le baccalauréat va profondément évoluer, avec un resserrement sur un petit nombre de matières", dit-il. La réforme devrait aboutir pour le bac 2021.
15h27
Le 04 juillet 2017
Edouard Philippe évoque maintenant la réforme de la taxe d'habitation, qui devrait être conduite avant la fin du quinquennat, en 2022.
15h25
Le 04 juillet 2017
Autre ambition du Premier ministre : qu'il n'y ait plus de "reste à charge" en 2022 pour les lunettes, les soins dentaires et les auditives.
15h19
Le 04 juillet 2017
Il parle ensuite d'une réforme judiciaire : construction de places de prisons, renforcement des moyens de lutte contre la délinquance... Il s'agit d'une "loi quinquennale de programmation des moyens de la Justice en 2018".
15h12
Le 04 juillet 2017
Ce début de discours est marqué par de multiples hommages d'Édouard Philippe : il cite des extraits des discours devant l'Assemblée de Jacques Chaban-Delmas, en 1969, et de Michel Rocard, en 1988.
 
 
15h11
Le 04 juillet 2017
"J'ai relu tous les discours de politique générale de mes prédécesseurs", indique Edouard Philippe, avant de rendre hommage à Alain Juppé, son mentor.
15h10
Le 04 juillet 2017
Il évoque ensuite une autre femme, qui a grandi en Seine-Saint-Denis, devenue avocate après des études à Sciences Po. Il semblerait que cette femme soit Laëtitia Avia, députée REM de la 8e circonscription de Paris. Édouard Philippe parle ensuite de la diversité de l'Assemblée, dont le "matheux" Cédric Villani.
14h58
Le 04 juillet 2017
Sur place, notre journaliste Théo Maneval vient de tweeter une photo d'Édouard Philippe arrivant au Palais Bourbon pour son discours de politique générale.
14h56
Le 04 juillet 2017
Les 577 députés et les membres du gouvernement Philippe sont installés à leur siège pour le discours de politique générale du Premier ministre, qui devrait entrer dans l'hémicycle d'une minute à l'autre.
14h52
Le 04 juillet 2017
Simultanément au discours de politique générale prononcé par Édouard Philippe devant les députés, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lira ce même discours aux sénateurs, au Palais du Luxembourg.
 
14h48
Le 04 juillet 2017
Le programme des interventions de l'après-midi.
Après le discours d'Édouard Philippe, les sept présidents de groupe à l'Assemblée nationale (et le non-inscrit Jacques Bompard) vont s'exprimer à la tribune. Cinquante minutes prévues pour le proche d'Emmanuel Macron Richard Ferrand, une vingtaine de minutes pour le chef de file des députés LR Christian Jacob, dix minutes pour les autres... Le vote des 577 députés ne devrait pas intervenir avant 18 heures. Comme le souligne une journaliste du Monde, les intervenants ne reflètent pas la parité de l'hémicycle, qui compte 224 femmes élues le 18 juin.
 
14h27
Le 04 juillet 2017
Moins de quarante minutes avant le début de son intervention, Édouard Philippe peaufine les derniers détails de son discours. Un texte qu'il a pris soin de concevoir à l'aide de trois plumes, dont une secrète, comme le raconte David Doukhan, journaliste à Europe 1.
 

Comment Edouard Philippe a préparé son grand oral

POLITIQUE - Le Premier ministre tient mardi, à 15 heures, son discours de politique générale devant les députés. Pour l'occasion le cabinet du chef du gouvernement s'est replongé dans les...
13h56
Le 04 juillet 2017
La situation est improbable, voire impossible en raison de la majorité absolue dont dispose l'exécutif. Mais si Édouard Philippe venait à ne pas disposer de la confiance de l'Assemblée nationale à l'issue de son discours de politique générale, le gouvernement devrait démissionner. C'est l'article 50 de la Constitution qui le prévoit : "Lorsque l'Assemblée nationale adopte une motion de censure ou lorsqu'elle désapprouve le programme ou une déclaration de politique générale du Gouvernement, le Premier ministre doit remettre au Président de la République la démission du Gouvernement."
13h45
Le 04 juillet 2017
[LA PAUSE LAB] En déplacement dans le Finistère, sur la base de sous-marins nucléaires de l'Île-Longue, Emmanuel Macron ne devrait pas regarder le discours de politique générale d'Édouard Philippe, à 15 heures. Et visiblement, cela ne pose pas de problème à l'Élysée : "Le discours, il le connaît, ils l’ont construit ensemble avec le Premier ministre", précise le Château au Lab, qui vous raconte cette visite en détail.
 
 
 
LIVE

Le Premier ministre a passé son grand oral avec brio : après un discours de politique générale d'un peu plus d'une heure, mardi à 15 heures, il a récolté 370 voix pour contre 67, avec 129 abstentions. Vingt-quatre heures après l'intervention du président de la République devant le Congrès à Versailles, le quinquennat est donc véritablement lancé d'un point de vue parlementaire.

"Un discours pédagogique". Pour l'occasion, les services du Premier ministre ont potassé tous les discours (ou presque) des anciens chefs de gouvernement de la Cinquième République, depuis MicheL Debré jusqu'à Bernard Cazeneuve. "C'est, même si le terme est souvent galvaudé, un discours pédagogique. [...] Il fixera des priorités, il crée un agenda, avec un calendrier, des chiffres et une méthode : tout n'est pas arbitré au détail près mais, en matière budgétaire, il y aura quelques pistes", avait précisé quant au contenu de son intervention Edouard Philippe dimanche, en marge du séminaire gouvernemental de Nancy.

Le vote de confiance. Alors que de nombreux responsables politiques ont estimé que l'intervention du chef de l'Etat lundi avait par avance écrasé celle de son Premier ministre, Édouard Philippe devrait obtenir à une large majorité la confiance des parlementaires, pouvant compter sur les voix de La République en marche! et du MoDem.