Emmanuel Macron s'impose dans les départements du Sud-Est frontiste

  • A
  • A
Emmanuel Macron s'impose dans les départements du Sud-Est frontiste
Emmanuel Macron avait rencontré les électeurs du Var à Toulon, en février dernier@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Emmanuel Macron a bénéficié d'un bon report de voix à Marseille où les électeurs avaient porté Jean-Luc Mélenchon en tête au premier tour de l'élection présidentielle.

Emmanuel Macron s'est imposé dimanche en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dont les six départements se sont prononcés en faveur du nouveau président de la République, y compris les terres frontistes du Var et du Vaucluse.

Le Front national garde son ancrage dans le Sud-Est. Le succès du candidat d'En Marche! dans le Sud-Est de la France reste cependant fragile dans des départements qui confirment un ancrage du Front national. Le parti de Marine Le Pen a recueilli en PACA plus de 37.000 suffrages supplémentaires par rapport au précédent scrutin régional et a limité les dégâts avec un score supérieur de plus de dix points par rapport à son résultat national.

55,38% des voix dans la région pour Macron. Emmanuel Macron, qui a obtenu 66,1% des voix selon les résultats définitifs contre 33,9% à son opposante, termine en tête du second tour présidentiel dans la région avec 55,38% des voix, et s'impose dans les six départements de PACA dont cinq s'étaient prononcés en faveur de son adversaire au premier tour. 


Un report de voix à Marseille. Sans surprise, les Hautes-Alpes, qui l'avaient déjà placé en tête au premier tour, lui offrent sa plus confortable avance (64%) devant le second département alpin (Alpes de Haute-Provence) avec plus de 58% des suffrages. Dans les Bouches-du-Rhône, Emmanuel Macron a bénéficié d'un bon report des voix à Marseille, ville qui avait placé Jean-Luc Mélenchon en tête du premier tour, où il s'impose dans les 16 arrondissements de la deuxième ville de France. 

Dans le VIIIème arrondissement, fief du maire Les Républicains de Marseille Jean-Claude Gaudin, il obtient plus de 70% des voix et plus de 84% dans les quartiers populaires du centre-ville qui avaient massivement voté pour le leader de La France insoumise au premier tour.

Tour de force dans le Vaucluse et le Var. Le président-élu a surtout réussi le tour de force de devancer le FN dans ses bastions du Vaucluse et du Var. Il s'impose à Carpentras, sur les terres de la députée frontiste Marion Maréchal-Le Pen, à Avignon, avec 65% des suffrages exprimés, et résiste bien à l'extrême droite dans ses fiefs d'Orange et de Bollène.

Dans le Var, où le FN gère plusieurs municipalités, Emmanuel Macron devance de peu Marine Le Pen (50,85% contre 49,15%). Cette dernière conforte notamment son emprise sur les communes autour de Fréjus, ville qui avait été enlevée aux municipales par son directeur de campagne, le sénateur-maire David Rachline.

Les Alpes-Maritimes coupées en deux. Les Alpes-Maritimes enfin sont coupées en deux avec l'arrière-pays qui s'est porté sur la candidate frontiste tandis que la Côte d'Azur et Nice, portés par l'engagement de l'ancien maire LR Christian Estrosi, ont clairement choisi Emmanuel Macron.