Emmanuel Macron "garde le cap" sans convaincre tout le monde, selon la presse

  • A
  • A
Emmanuel Macron "garde le cap" sans convaincre tout le monde, selon la presse
Emmanuel Macron "persiste et signe" mais ne convainc pas l'ensemble des Français, selon les éditorialistes@ PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :

Après l'interview d'une heure donnée par le président Macron dimanche, les éditorialistes estiment qu'Emmanuel Macron a maintenu la feuille de route prévue, mais qu'il n'a pas su convaincre tous les Français.

Emmanuel Macron a montré qu'il maintenait "le cap" en restant "droit dans ses bottes" sans pour autant convaincre "tout le monde", lors de sa première interview télévisée, accordée à TF1 et LCI dimanche, estiment lundi les éditorialistes.

"Emmanuel Macron ne lâchera rien". Le Figaro, titre à la Une, Emmanuel Macron "adoucit le ton mais garde le cap". L'éditorialiste du quotidien libéral, Yves Thréard, reconnaît que le volet du fameux cap "destiné à prouver qu'il n'oublie pas les catégories populaires" n'a "certainement pas" convaincu "tout le monde" mais "au moins", note-t-il, "les Français sont fixés : Emmanuel Macron ne lâchera rien".

"On construit une drôle de société". Libération résume la pensée présidentielle, d'un "Réussissez, bordel !" ironique à la Une. Laurent Joffrin pense que le "remède macronien" serait "la réussite individuelle, non la redistribution" et assure qu'en "attisant cette concurrence de tous contre tous, on construit une drôle de société".

Nicolas Beytout, de L'Opinion, a assisté à "une interview utile, sans annonce nouvelle, comme une sorte d'exercice de rattrapage du temps perdu en explications".

Va-t-il vraiment "peser sur le réel" ? "Les plus fortunés, 'les premiers de cordée', ont pour mission d'entraîner le pays", résume Jean-Christophe Ploquin, de La Croix. "L'exercice de pédagogie n'était pas inutile, mais l'important sera de vraiment peser sur le réel", affirme l'éditorialiste du quotidien catholique. Sous le titre "Je vous aime !", Cécile Cornudet des Echos évoque la "déclaration" aux Français d'Emmanuel Macron. "A-t-il été perçu comme sincère ?", s'interroge-t-elle en ajoutant, perfide : "cela compte aussi, derrière les beaux mots d'amour".

Un président qui garde le cap. "Pas question de reculer, pas question de changer de cap dans cette recherche de la 'vérité'", note Eric Marty du Midi Libre alors que Ouest-France a vu "une détermination sans faille". Dans Le Républicain Lorrain, Pierre Fréhel a trouvé que le président avait eu l'air de "prévenir" que "Macron fera du Macron jusqu'au bout". Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre Ouest, fait chorus : "Tel un rouleau compresseur, Emmanuel Macron déroule sa pensée", écrit-il.

"Droit dans ses bottes, Emmanuel Macron assume tout, a réponse à tout", constate également Laurent Bodin dans L'Alsace.Tout comme Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne pour qui le président "persiste et signe".

"Redonner confiance dans les plus aisés et surtout en lui-même". Comme nombre de ses confrères, Philippe Marcacci de L'Est Républicain, croit qu'au final, Emmanuel Macron aura convaincu "ceux qui croyaient déjà en lui" en rappelant que "l'on ne juge plus une politique à des mots, mais à ses résultats".  En annonçant croire à la "cordée", Matthieu Verrier de La Voix du Nord, assure que "le chef de l'État espère ainsi redonner confiance dans les plus aisés, mais surtout en lui-même".

"Il y a fort à parier que nombre de Français auront suivi la prestation d'Emmanuel Macron avec les yeux de l'ancien monde. Celui où la croissance soutenue des grandes fortunes rime rarement avec un mieux-être des plus démunis", conclut Dominique Garraud, de la Charente Libre.