ELYSEE 2012: LE 18H' - Roms: le mea culpa de Sarkozy

  • A
  • A
ELYSEE 2012: LE 18H' - Roms: le mea culpa de Sarkozy
Nicolas Sarkozy ne parlerait pas "d'une communauté en particulier" s'il devait prononcer à nouveau le discours de Grenoble.
Partagez sur :

Sarkozy ne viserait plus les Roms, Hollande renoue avec l’humour : voici notre carnet de campagne.

Besoin d’un brief sur la journée politique ? Europe1.fr vous propose un résumé de ce qui s’est passé aujourd’hui, en 3 minutes chrono’.

ILS L’ONT FAIT#

Le fait du jour : le (timide) mea culpa de Sarkozy

Nicolas Sarkozy a concédé un début de mea culpa au sujet de son très critiqué discours de Grenoble sur l'immigration, en juillet 2010. "Oui, mais sans parler d'une communauté en particulier", a répondu le président sortant, dans le Dauphiné Libéré, à la question de savoir s'il prononcerait à nouveau ce discours. Après des violences urbaines à Grenoble, le chef de l’Etat avait déclaré en juillet 2010 "la guerre" aux délinquants, trafiquants et "voyous" et demandé la fin des "implantations sauvages de campements de Roms".

# L’homme du jour : Raymond Aubrac dans tous les esprits

La classe politique en général, et les candidats en particulier, on tous rendu hommage à Raymond Aubrac, grand résistant décédé mercredi à l’âge de 97 ans. L'Elysée a rendu hommage à ce "héros de l’ombre", alors que François Hollande, qui bénéficiait de son soutien, a salué la mémoire d’un "juste". Mais sur Twitter, c’est l'hommage maladroit de Salima Saa, qui a retenu l'attention. La secrétaire nationale de l'UMP au développement urbain a écrit "Hommages à Raymond Aubrac, que vive son esprit de résistance ! On pense ce matin à sa femme Lucie". Or, Lucie Aubrac est morte en 2007.

# Le chiffre du jour : deux ans de prison

Le ministère de l'Intérieur a rappelé la loi, mercredi. Les électeurs qui seraient tentés de voter deux fois à la présidentielle ou aux législatives, parce qu'ils ont reçu plusieurs cartes d'électeur, risquent deux ans de prison et 15.000 d'euros d'amende.

ILS L’ONT DIT #

Le bon mot du jour : Hollande raille le "candidat de la discorde"

François Hollande, souvent surnommé "Monsieur petites blagues", s'est autorisé un trait d'humour, mercredi, ironisant sur le meeting prévu dimanche place de la Concorde à Paris par Nicolas Sarkozy. "Quand on a été le président de la discorde, il me paraît difficile d'être le candidat de la Concorde", a-t-il plaisanté à l'adresse du chef de l'Etat sortant.   

 # Le tweet du jour : Sarkozy était-il sur le Titanic ?

Après avoir ironisé sur la vague que sent "monter" Nicolas Sarkozy le comparant à Brice de Nice, Bernard Cazeneuve s'est encore lâché, mercredi matin, sur son compte Twitter, ironisant sur l'ultra-présence du candidat de l'UMP. "Nicolas Sarkozy est partout, sur le mur de Berlin, à Fukushima... Bientôt ce sera l'anniversaire du naufrage du Titanic. Était-il dessus ???", demande le lieutenant de François Hollande.