ELYSEE 2012, LE 18H' - Le PS et l'UMP rejouent Bayonne

  • A
  • A
ELYSEE 2012, LE 18H' - Le PS et l'UMP rejouent Bayonne
Montage Europe1.fr François Hollande et Nicolas Sarkozy@ MAXPPP
Partagez sur :

Une "promo par jour" et Bayonne la suite  : le carnet de campagne d’Europe1.fr. 

Besoin d’un brief sur la journée politique ? Europe1.fr vous propose un résumé de ce qui s’est passé aujourd’hui, en 3 minutes chrono’.

ILS L'ONT FAIT

# La polémique du jour : Bayonne, acte II

Au lendemain des incidents de Bayonne où le président-candidat a été chahuté, le ton est monté vendredi dans les états-majors politiques. La gauche accuse Nicolas Sarkozy d'avoir perdu les pédales après avoir parlé "d’épuration" et de "voyous". En face, l’UMP exige toujours des excuses du PS. Le président du MoDem, François Bayrou, a appelé les candidats à cesser ces "combats de coqs".

# Le chiffre du jour : 3,5 

3,5 points, c'est l'écart enregistré pour le deuxième jour consécutif entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, selon le sondage quotidien Ifop-ParisMatch publié vendredi. Le candidat socialiste confirme ainsi son avance. Il recueille désormais 29% des intentions de vote des Français au premier tour. Le candidat de la majorité stagne quant à lui à 25,5% des intentions de vote.

ILS L'ONT DIT

 # La phrase du jour : "Avec Sarkozy, chaque jour, il y a une promo"

"Avec Sarkozy, chaque jour, il y a une promo. Hier, c'était Arcelor. Aujourd'hui,  c'est ce qui s'est passé à Bayonne. Et demain, il y aura une chose". Robert Rochefort, le spécialiste économie de François Bayrou, a comparé vendredi matin sur France 2 Nicolas Sarkozy à une enseigne de supermarché. "Il me rappelle cette époque où une grande chaîne d'hypermarché parlait du "mois des promos"".

# Le mot du jour : politburo

Nicolas Sarkozy a donné comme consigne à ses ministres de se faire "discrets" lors de ses meetings, pour ne pas donner un caractère trop institutionnel à ces événements, selon les informations du Buzz politique d'Europe 1. Son objectif : éviter "l'image du politburo, avec tout le gouvernement en rang d'oignon devant la tribune".

# La confidence du jour : L'Europe, Sarkozy n'en veut pas

A l’issue du Conseil européen de Bruxelles, vendredi, Nicolas Sarkozy tenait peut-être sa dernière conférence de presse en tant que président de la République française. Jean Quatremer, spécialiste des questions européennes chez Libération, a donc demandé au candidat-président s’il s’imaginait briguer le poste d’Herman Von Rompuy, l’actuel président du Conseil européen. Et la réponse de Nicolas Sarkozy est claire : “c’est non“ ! "Non, en aucun cas, d’aucune façon, ni maintenant ni plus tard. […] La seule façon de continuer à travailler encore avec moi, c'est de me réélire".