Education : l'Elysée "valide" le rapport Descoings

  • A
  • A
Education : l'Elysée "valide" le rapport Descoings
Partagez sur :

Le directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, chargé par Nicolas Sarkozy d'une concertation sur la réforme du lycée, a remis ses conclusions mardi à l'Elysée. Il insiste sur le rééquilibrage des filières, l'orientation et la maîtrise des langues.

Améliorer l'orientation et rééquilibrer les filières menant au bac : voilà les principales priorités du directeur de Sciences-Po Paris Richard Descoings, dans un rapport sur la réforme du lycée remis mardi à l’Elysée, où il écrit que ne rien faire serait socialement "explosif".

A peine le rapport reçu, l'Elysée a pris sa décision : tout ou partie des mesures préconisées par Richard Descoings doivent pouvoir entrer en vigueur "dès la rentrée 2010".Chargé depuis janvier d'une mission de concertation par Nicolas Sarkozy, Richard Descoings insiste beaucoup sur la méthode, notamment la "confiance" et la "concertation" indispensables dans le système éducatif. Dans ses conclusions, Richard Descoings affiche trois choix possibles : des sujets à traiter "en urgence", une "vaste refondation" à moyen terme, ou bien la décision de ne rien faire.

Le directeur de Sciences-Po, à l'origine d'une ouverture de son école à des bacheliers de milieux défavorisés, entend atténuer l'actuelle hiérarchie très forte des séries du baccalauréat. Dans les sujets à traiter "en urgence" figurent ainsi l'orientation, la revalorisation de la voie technologique, le rééquilibrage des séries au sein de la voie générale (S, ES, L), la rénovation des épreuves du bac en langue (notamment en insistant sur l'oral).

A moyen terme, le directeur de Science-Po Paris prône "une vaste concertation sur une véritable refondation", en partant "des propositions des lycéens" et notamment en "intégrant le temps de travail personnel au sein de leur emploi du temps". Il prône aussi de diminuer le nombre d'élèves par classe en seconde, mais en dissociant cette question des horaires des enseignants, afin de montrer qu'on ne diminue pas les horaires lycéens pour supprimer des postes de professeurs.

Xavier Darcos a pour sa part estimé, lors des questions au gouvernement mardi à l'Assemblée nationale, que le rapport Descoings comprenait des "préconisations utiles", qui seraient soumises aux chefs d'établissements. "Le président de la République a souhaité que ces préconisations soient largement débattues dans nos établissements scolaires. Nous allons le faire, les distribuer, les faire connaître, de sorte que nous puissions faire remonter les synthèses des opinions, des réactions à ce document", a déclaré le ministre de l'Education.