Dupont-Aignan plaide pour l'union des droites face à Macron

  • A
  • A
Dupont-Aignan plaide pour l'union des droites face à Macron
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a décliné dimanche son nouveau credo de l'union des droites face à "l'arnaque" représentée selon lui par Emmanuel Macron et annoncé le lancement d'une "plateforme participative" pour bâtir un programme. "A l'intérieur du bel emballage en papier glacé il y avait ces mesures cachées que rêvaient d'imposer depuis si longtemps bon nombre de gouvernements ou de lobbys", a lancé à Paris le président de Debout la France et ancien candidat à la présidentielle lors de l'université de rentrée de son parti. "En vérité une oligarchie sans scrupule s'est emparée du pouvoir" avec l'élection d’Emmanuel Macron, a ajouté M. Dupont-Aignan, selon le discours transmis par son entourage.

Edouard Philippe "clone d'Alain Juppé". Celui qui s'était allié avec Marine Le Pen durant l'entre-deux tours de la présidentielle a appelé ses partisans à ne pas "se résigner". "Car si ce pouvoir a l'apparence de la force il est en réalité bien fragile. Jupiter est un colosse aux pieds d'argile ! Il ne durera pas", veut-il croire. "Les Français commencent d'ailleurs à découvrir l'arnaque", a-t-il ironisé, ajoutant qu'Edouard Philippe n'est que "le clone d'Alain Juppé".

"Debout la France ne gagner pas seule". Face à ce nouvel exécutif, le député de l'Essonne appelle au rassemblement de "tous les amoureux de la France". "Les Républicains, du moins ceux qui croient encore en l'indépendance de la France, ne gagneront pas seuls. Debout la France, malgré votre talent et votre énergie, ne gagnera pas seule. Le Front National ne gagnera pas seul", a-t-il détaillé. "Malheureusement l'union ne viendra pas par le haut, par les appareils politiques attachés à leur survie. Trop d'ego, trop de ressentiment, trop d'arrière-pensées. La question du candidat qui fédérera les patriotes et les républicains en 2022 ne doit surtout pas se poser maintenant", préconise Nicolas Dupont-Aignan. "Aujourd'hui, il n'est pas question de Laurent Wauquiez, de Marine le Pen ou de Nicolas Dupont-Aignan", martèle-t-il.

"Une plateforme participative." Selon lui, "pour réussir, nous devons relever deux défis : bâtir un programme commun à l'écoute des Français puis convaincre une large majorité d'électeurs de se rassembler pour reprendre leur destin en main". Pour bâtir ce programme, "nous allons lancer prochainement une plateforme participative pour que chaque Française et chaque Français qui veut s'investir et contribuer au redressement national puisse le faire". Nicolas Dupont-Aignan va aussi créer une fondation qui "aura pour but de réunir les analyses et proposer des solutions innovantes afin de nourrir le débat public".