Valls sous "influence" juive ? "Dumas a perdu les pédales !"

  • A
  • A
Valls sous "influence" juive ? "Dumas a perdu les pédales !"
@ ODD ANDERSEN / AFP
Partagez sur :

L'ancien ministre a estimé lundi que Manuel Valls était "probablement" sous influence juive. Le PS dénonce des propos inacceptables.

L'INFO. Au lendemain des attentats qui ont fait deux morts à Copenhague, Manuel Valls a lancé lundi un appel à l'unité pour combattre "l'islamo-fascisme". Une expression que n'a pas appréciée Roland Dumas pour qui "le fascisme, ce n'était pas ça, l'hitlérisme non plus, il ne faut pas exagérer". Puis, un peu plus tard dans cet entretien accordé à RMC et BFMTV, l'ancien ministre (PS) des Affaires étrangères a été plus virulent encore à l'encontre du Premier ministre.

>> LIRE AUSSI - Valls aux Juifs de France: "La France vous dit son amour"

"Il a des alliances personnelles qui font qu'il a des préjugés". Manuel Valls est-il sous influence juive? "Probablement", "je peux le penser", a répondu l'ancien président du Conseil constitutionnel. "Il a des alliances personnelles qui font qu'il a des préjugés. Chacun sait qu'il est marié avec quelqu'un, quelqu'un de très bien d'ailleurs, qui a de l'influence sur lui", a-t-il également déclaré.

>> LIRE AUSSI - Netanyahou appelle les Juifs européens à immigrer en Israël

da-silva

"Roland Dumas a perdu les pédales !" Europe 1 a contacté Carlos Da Silva, proche de Manuel Valls mais aussi porte-parole du Parti socialiste, pour connaître sa réaction à cette sortie de l'ancien ministre, aujourd'hui âgé de 93 ans : "Roland Dumas a perdu les pédales ! Il faut qu'il arrête de s'exprimer. Des tombes ont été profanées, des citoyens français attaqués parce qu'ils étaient juifs, voilà de quoi on parle ! Lui devrait peut-être arrêter de s'exprimer si c'est pour dire de telles choses. Il est responsable de ses propos et là, ils sont dangereux et délétères, alors même que l'on a besoin d'une république unie et solidaire. C'est regrettable."

Proche de Manuel Valls, le sénateur PS Luc Carvounas a lui dénoncé des "propos nauséabonds". D'autres personnalités de gauche ont condamné ces propos. Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, s'est dit sur Twitter "révulsé par les propos de monsieur Dumas sur @manuelvalls. Au moment où il faut combattre ceux qui prônent l'antisémitisme, c'est honteux". Quant à Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, il s'est dit "révolté par les propos de Roland Dumas qui relèvent d’un antisémitisme ordinaire et d’un complotisme délirant". Concluant son message, posté sur Twitter, par cette formule : "ne rien laisser passer".

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste (PS), a lui aussi dénoncé les propos "lamentables" et dignes du "discours des années 30 sur la France enjuivée" de l'ancien ministre socialiste. La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a elle aussi fustigé sur Twitter des propos "atterrants". "Roland Dumas nourrit l'antisémitisme ordinaire. Soutien à tous ceux qui combattent la haine".

Pierre Bergé "attristé". Lui aussi proche de François Mitterrand, le mécène Pierre Berger s'est dit sur Europe 1 "attristé" par les propos de Roland Dumas :



Pierre Bergé : "Je suis attristé par la phrase...par Europe1fr

Le CSA "instruit un dossier". Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé lundi qu'il instruisait un dossier, après l'échange controversé entre Roland Dumas et le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC sur le fait que Manuel Valls serait "sous influence juive".

Valls, cible de l'extrême droite. Ce n'est pas la première fois que manuel Valls est la cible de telles accusations. Le Premier ministre est régulièrement attaqué dans les milieux proches de l'extrême droite et ceux proches de Dieudonné M'Bala M'Bala, qui avait qualifié l'actuel Premier ministre "de petit soldat israélien veule et docile". Dans un dossier consacré à Manuel Valls, le 30 janvier 2014, le très droitier hebdomadaire Valeurs Actuelles écrivait notamment: "De nombreuses sources, Place Beauvau, attestent du 'jusqu'au-boutisme' d'Anne Gravoin, elle-même membre de la communauté juive, dans la lutte contre l'humoriste controversé (Dieudonné, NDLR). Une influence qui expliquerait que Manuel Valls ait mis tout son poids dans un combat pourtant loin d'être prioritaire". Des accusations qui sont donc relayées par un ancien ministre socialiste.