Duflot sifflée à l'Assemblée

  • A
  • A
Duflot sifflée à l'Assemblée
La robe portée par Cécile Duflot à l'Assemblée nationale lui a valu quelques sifflets de députés de l'opposition.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les députés ne réagissaient pas à ses propos, mais à sa tenue, une robe à motifs bleus.

Le machisme sévit toujours, jusque sur les bancs de l'Assemblée nationale. La ministre de l'Egalité des territoires, Cécile Duflot, en a fait les frais mardi, en pleine séance de questions au gouvernement. Alors qu'elle s'approchait du micro pour prendre la parole, des sifflets ont retenti du côté de l'opposition, clairement destinés à souligner la robe à motifs bleus que portait la ministre ce jour-là.

Pas du machisme pour Balkany

Cécile Duflot, déjà critiquée pour avoir osé porter un jean lors de son tout premier Conseil des ministres, devait répondre à une question du député-maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin, sur le Grand Paris. Un rien décontenancée par la réaction des députés, Cécile Duflot se lance : "Mesdames et messieurs les députés, mais surtout messieurs visiblement…". Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, intervient même brièvement pour réclamer le calme.

Cet épisode, largement diffusé sur les réseaux sociaux, a inspiré quelques commentaires à Patrick Balkany, le député-maire UMP de Levallois. "Nous n'avons pas hué ni sifflé Cécile Duflot, nous avons admiré", explique-t-il au Figaro, assurant que "tout le monde était étonné de la voir en robe". "D'ailleurs, peut-être avait-elle mis cette robe pour ne pas qu'on écoute ce qu'elle avait à dire", poursuit-il.

"Chahutage"

"Enfin, on peut regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme", martèle l'élu. Jacques Myard, député UMP des Yvelines, estime dans L'Express qu'il ne s'agit que de "simples sifflets", en hommage "à la beauté de cette femme".

Quant à Laurent Wauquiez, député UMP de la Haute-Loire, il juge qu'"il y aurait eu le même type de chahutage si un homme avait porté une cravate fluo orange". "L'Assemblée est à la fois un hémicycle dans lequel il y a des moments sérieux et des moments potaches", relève-t-il selon Le Lab, avant de concéder : "ce n'était pas un moment très glorieux".