Duflot : réconcilier écologie et agriculture

  • A
  • A
Duflot : réconcilier écologie et agriculture
@ EUROPE 1
Partagez sur :

La chef de file des écologistes justifie la campagne de la FNE et veut convaincre les agriculteurs.

"Jean-Yves Le Drian, c'est un escroc“, a accusé dimanche Cécile Duflot, invitée du Grand rendez-vous Europe 1/Le Parisien. La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts entend ainsi dénoncer la décision du président socialiste du Conseil régional de Bretagne, qui a décidé de porter plainte contre France Nature Environnement (FNE) après une campagne de publicité choc de l'association écologiste.

Se défendant de s'en prendre au Parti socialiste, elle a souligné qu'"en l'occurrence, c'est Jean-Yves Le Drian qui porte plainte contre France Nature Environnement.

“Je trouve ça irresponsable, surtout quand on est président de région", a-t-elle déclaré :

“Il suffit d'aller se promener sur les plages de la côte nord de la Bretagne pour constater que c'est une réalité qu'on ne peut pas se baigner", a estimé la responsable écologiste, avant d’ajouter : "il y a plus de la moitié des habitants de Bretagne qui soutiennent, comme je le fais, la campagne de FNE".

Une telle campagne est “provocatrice, parce (...) qu'à un moment il faut effectivement dire les choses", a-t-elle argumentée. L’affiche en question met en scène un enfant barbotant sur une plage envahie d'algues vertes avec le commentaire : l'élevage industriel des porcs et les engrais génèrent des algues vertes. Leur décomposition dégage un gaz mortel pour l'homme". Un autre commentaire ajoute : "Bonnes vacances".

Ne pas opposer agriculteurs et écologistes

“Nicolas Sarkozy dépasse les bornes“, a-t-elle poursuivi, en regrettant se critiques contre la campagne de publicité de la FNE. “Je pense que c’est une erreur de vouloir opposer les écologistes aux agriculteurs, (…) de dire que la production des algues vertes n’est pas la conséquence directe d’un élevage massive, qui a été intensif et imposé, et qui fragilise les agriculteurs“.

Cécile Duflot privilégie au contraire “qu’on a besoin de dire oui, l’avenir peut être différent, oui on peut mieux vivre, mieux partager les richesses, on peut répondre à la crise écologique, et en répondant à la crise écologique, on permet à tous de mieux vivre et de mieux travailler“