DSK s’impose, Le Pen progresse

  • A
  • A
DSK s’impose, Le Pen progresse
@ Reuters
Partagez sur :

Le patron du FMI reste le mieux placé en vue de 2012. La leader du FN continue sa percée.

Si Dominique Strauss-Kahn était le candidat du PS à la présidentielle aujourd’hui, il gagnerait l’élection. C’est en tout cas la leçon à tirer de deux sondages publiés vendredi. Selon l'étude Ifop pour France Soir, le patron du FMI récolte 26% des intentions de vote, contre 22% pour Nicolas Sarkozy et 19% pour Marine Le Pen. Même tiercé pour un sondage CSA pour Marianne : DSK arriverait en tête avec 27% des voix, devant le chef de l'Etat (22%) et la patronne du Front nationale (17%).

De quoi conforter la leader du Front national, qui enregistre une nouvelle fois une forte progression dans les intentions de vote. A tel point qu’elle suit de près Martine Aubry, si cette dernière était finalement la candidate de l’opposition. Dans cette hypothèse, la présidente du FN recueillerait selon le sondage Ifop en effet 20% des intentions de vote contre 22% pour la première secrétaire du PS et 23% pour Nicolas Sarkozy.

DSK, un "candidat attrape-tout"

"On a des sympathisants UMP, des sympathisants de droite, déçus du chef de l’Etat, et qui voteraient pour Marine Le Pen. Dans un contexte où on parle beaucoup d’insécurité, d’immigration, où les idées du Front national sont au cœur du champ politique, sans parler du climat assez nauséabond lié aux affaires. Tout cela favorise Marine Le Pen", analyse Frédéric Dabi, directeur à l'Ifop. "Derrière la percée de Marine Le Pen et l’atteinte symbolique de ce chiffre de 20%, on voit très bien que Dominique Strauss-Kahn parvient le mieux à rassembler la gauche au premier tour. C’est un candidat attrape-tout, qui mord partout au sein du champ politique. Avec lui, le danger d’un 21 avril bis s’éloigne nettement plus que lorsqu’il s’agit de Martine Aubry."

La concurrence est aussi forte à droite et au centre : François Bayrou récolte 7 à 8% des intentions de vote selon les sondages et les adversaires potentiels, Dominique de Villepin 4 à 5%, Hervé Morin 2 à 2,5% et Nicolas Dupont-Aignan 0,5 à 1%. A gauche, Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts, obtient de 5 à 7% des intentions de vote, devant Jean-Luc Mélenchon (5,5 à 6%), Olivier Besancenot (5 à 7%) et Nathalie Arthaud (1%).