DSK: Royal en 2006, "une hallucination"

  • A
  • A
DSK: Royal en 2006, "une hallucination"
@ REUTERS
Partagez sur :

Dernière révélation de WikiLeaks: un document où DSK ironise sur Royal et loue Sarkozy.

La popularité de Ségolène Royal ? Une "hallucination collective". Nicolas Sarkozy ? "Un politicien extrêmement talentueux". L'homme qui répond à ces questions pourrait être de droite. Mais il s'agit en réalité du socialiste Dominique Strauss-Kahn, invité en 2006, à l'ambassade des Etats-Unis à Paris.

La teneur des conversations de cette soirée est retranscrite dans un câble diplomatique, publié mercredi par WikiLeaks et le site Le Monde.

"DSK a prédit que Royal s'effondrerait"

L'ambassadeur américain, en poste à Paris, Craig Stapleton, rapporte ainsi que, lors de leur rencontre un an avant les présidentielles, DSK aurait assuré "que Ségolène Royal s'effondrerait au bout du compte et que, si elle était désignée par le PS, elle ne survivrait pas contre Sarkozy". La candidate socialiste était alors en tête des sondages.

A la même époque, Ségolène Royal avait également été reçue à l'ambassade des Etats-Unis à Paris. Son hôte notait alors qu'elle "a fait clairement comprendre qu'elle ne rejetait pas la culture populaire américaine, en indiquant qu'elle regardait Desperate Housewives". L'ambassadeur estimait aussi qu'elle avait "des idées préconçues gauchistes traditionnelles - pour ne pas dire des préjugés - sur les Etats-Unis".

DSK manque de "feu sacré"

Un an avant la présidentielle, l'ambassadeur américain n'était guère plus tendre avec DSK qu'il jugeait être "peut-être le plus capable des candidats socialistes", tout en reconnaissant qu'il "manquait du feu sacré qui pourrait le propulser vers la victoire".

"Il est l'un de ceux qui gouvernerait bien plus volontiers que de faire campagne, et qui, par conséquent, pourrait ne jamais avoir la chance de gouverner", ajoutait même Craig Stapleton dans le télégramme publié par WikiLeaks.