DSK, le préféré des Français

  • A
  • A
DSK, le préféré des Français
Partagez sur :

En poste au FMI à Washington, Dominique Strauss-Kahn récolte 73% d'opinions positives selon un sondage Ifop/ Paris Match.

Actuellement en poste au FMI à Washington, Dominique Strauss-Kahn reste très populaire de l'autre côté de l'atlantique. Avec 73% d’opinions positives, le directeur du Fonds monétaire international arrive ainsi pour la première fois en tête du classement des personnalités politiques Ifop/Paris Match, à paraître jeudi, à égalité avec l'ancien président Jacques Chirac.

Pour l’ancien premier ministre Michel Rocard, cette première place "doit encombrer pas mal" DSK. "Nous avons besoin en ce moment que Dominique Strauss-Kahn soit mondialement légitime pour que soient bien acceptés les suggestions, les projets de réformes bancaires et financières que le FMI doit faire et qu'il fait d'ailleurs", a-t-il affirmé, invité sur France Info.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë (69%, +2) occupe la troisième position, devant le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner (68%, +3). Quant aux deux têtes de l'exécutif, Nicolas Sarkozy et François Fillon, pas de changement : le président reste à la 28e place avec 48% (+2) derrière son premier ministre toujours 12e avec 58% (+2).

Interrogés sur la place de DSK au sein des dirigeants socialistes, les sondés votent très largement pour lui. Dans un duel face à François Hollande, il récolte ainsi 62% contre 34%. Opposé à Ségolène Royal, DSK l'emporte aussi : 56% contre 43% ainsi que face à Martine Aubry (57%-41%). La première secrétaire du PS fait cependant presque jeu égal avec le directeur du FMI auprès des sympathisants socialistes, 48% contre 51% en faveur de DSK.

Du côté de l’opposition, Marine Le Pen aidée par le bon score dela liste FN à l'élection municipale d'Hénin-Beaumont fait bondir sa cote de 8 points. Elle même reste tout de même en bas du classement avec 26% de bonnes opinions, juste devant son père, qui arrive dernier, à 21%.

Enquête réalisée au téléphone du 9 au 10 juillet 2009 auprès d'un échantillon de 955 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).