DSK et Aubry, "des qualités complémentaires"

  • A
  • A
DSK et Aubry, "des qualités complémentaires"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Laurent Fabius soutient le pacte entre leaders socialistes pour “ne pas avoir 15 candidats“.

“Si on veut gagner, il faut une unité. D’abord une unité des socialistes de toute la gauche et de tous les Français. Si on veut l’unité des socialistes, les principaux leaders ne vont pas tous se présenter les uns contre les autres“, a estimé le député socialiste Laurent Fabius, jeudi matin sur Europe 1.

L’ancien Premier ministre a ainsi confirmé l’existence d’un pacte entre plusieurs dirigeants socialistes pour ne pas se faire de concurrence dans la course à l’élection présidentielle. “Ce n’est pas un scoop“, a estimé Laurent Fabius, avant de poursuivre : “il n’ya pas du tout d’arrangement, simplement on ne va pas avoir quinze candidats“.

DSK “est très appelé par les Français“

“Nous avons plusieurs candidats, notamment deux qui sont en pôle position : Dominique Strauss-Kahn (DSK), qui est le mieux placé, et Martine Aubry qui a des qualités complémentaires“, a considéré le député socialiste.

Pour gagner, “DSK semble être aujourd’hui le mieux placé“, a-t-il estimé :

“Le pays a besoin de changer d’orientation politique cela passe par la gauche“, a espéré Laurent Fabius, avant d’ajouter : “le PS a envie que les choses changent en France et il a envie de gagner“.

“Si on change de politique, il fallait changer de Premier ministre“

Interrogé sur la déclaration de politique générale de François Fillon, Laurent Fabius a fait part de son “sentiment assez bizarre“, “le sentiment qu’on avait à droite dans l’hémicycle, c’était qu’il y avait une approbation mais assez mécanique, assez machinale“, les députés de l’UMP ayant réservé une standing ovation au Premier ministre “parce qu’il faut se lever“.

“Au fond, la déclaration de politique générale devrait être le début de quelque chose, le lancement de quelque chose, et là c’était une espèce de fin de partie“, a-t-il déploré, avant de lancer : “Si on change de politique, il fallait changer de Premier ministre“.

“Si son discours était assez creux, c’est parce que le remaniement ministériel ne sert absolument à rien“, a poursuivi le député socialiste. François Fillon, “un Premier ministre qui essaye de faire ce qu’il peut mais qui est engagé dans une impasse“.