DSK en tête, Le Pen à la fête, Sarkozy battu

  • A
  • A
DSK en tête, Le Pen à la fête, Sarkozy battu
@ REUTERS
Partagez sur :

EXCLU - Dans ce sondage, Marine Le Pen confirme sa percée, elle devancerait le président.

Une nouvelle fois, Dominique Strauss-Kahn s’impose comme le candidat socialiste le plus crédible pour 2012. Selon un sondage exclusif Ipsos/ Logica Business Consulting pour Europe 1 et Le Monde, publié mercredi, l'actuel patron du FMI, qui n'a toujours pas dit s'il serait candidat, recueille 33% d’intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Martine Aubry arrive quant à elle ex-aequo avec François Hollande, avec 23% d’intentions de vote. L’ancien numéro un du PS confirme ainsi une dynamique qui lui est favorable. De son côté, Ségolène Royal reste loin derrière avec seulement 17% d’intentions de vote. L’ex-candidate à la présidentielle serait ainsi la seule candidate socialiste à être battue par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen dès le 1er tour.

"On est dans un moment particulièrement propice à Dominique Strauss-Kahn qui est lié au contexte international très anxiogène pour les Français que fait qu’à ce moment-là ils on tendance à se tourner vers celui qu’ils voient comme un recours en termes de présidentiabilité ou de compétences", décrypte sur Europe 1 Brice Teinturier, le directeur général d'Ipsos. Selon lui, DSK, par rapport aux autres candidats potentiels socialistes, est poussé par des voix venues du centre-droit.

Marine Le Pen confortée

Autre enseignement de cette étude, la stature de la présidente du Front national. Dans l’hypothèse d’une candidature DSK, Marine Le Pen battrait Nicolas Sarkozy au 1er tour, avec 19% d’intentions de vote, contre 18% pour le chef de l’Etat. Dans le cas d’une candidature Aubry, Hollande ou Royal, la leader frontiste arrive à égalité avec le locataire de l’Elysée, à 21%. Une précédente vague de sondage l'avait placé parmi les favoris du premier tour des élections présidentielles, déclenchant une vie polémique.

Pour la chef de file du FN, la "poussée est confirmée", analyse désormais Brice Teinturier, pour qui "les électeurs potentiels du Front national se recrutent très fortement dans les catégories populaires" ainsi que chez les jeunes électeurs.

Sarkozy grand perdant ?

Quoi qu’il en soit, le 1er tour s’annonce laborieux pour Nicolas Sarkozy. Si DSK, se présente, l’hypothèse d’un 21 avril à l’envers devient de plus en plus probable, le chef de l’Etat étant éliminé au 1er tour, avec seulement 18% d’intentions de vote, derrière Marine Le Pen. Face aux autres candidats socialistes, il recueille 21% d’intentions de vote, toujours à égalité avec la chef de file du FN.

A noter cependant que le sondage prend en compte l’hypothèse d’une candidature de Dominique de Villepin, qui pourrait grignoter une partie de l’électorat de Nicolas Sarkozy. L’ancien Premier ministre recueille entre 5 et 7 % des intentions de vote, tout comme Eva Joly, derrière François Bayrou (5 à 10%). De son côté Olivier Besancenot arrive devant Jean-Luc Mélenchon, dans toutes les hypothèses, avec 6 à 7%.

Sondage réalisé le 14 mars auprès de 948 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales, avec Logica et Business Consulting.