Didier Migaud appelle à l'"effort"

  • A
  • A
Didier Migaud appelle à l'"effort"
"Personne ne doit être à l'écart de l'effort", a martelé Didier Migaud.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Pour le premier président de la Cour des comptes, "personne ne doit être à l'écart de l'effort".

Le constat est sans appel. Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France, s'interroge : "Est-ce que tout l'argent public est efficace ?" Et répond : "La réponse est non le plus souvent".

>> A lire aussi : Impôts : la Cour des comptes dit stop

Notant que la France pâtit d'une "accoutumance à la dépense publique", il assure toutefois, quelques jours après la remise du rapport de la Cour des comptes, que "des économies sont possibles sans remettre en cause ce qu'on appelle le modèle social français". A une condition : "personne ne doit être à l'écart de l'effort nécessaire pour redresser les comptes publics". Revue de détail des solutions évoquées par Didier Migaud.

"Cibler davantage les politiques publiques". Pour Didier Migaud, il faut "évaluer systématiquement les politiques publiques". Et d'appeler à "cibler davantage les politiques publiques vers ceux qui en ont le plus besoin".

Les retraités aussi. "Le critère d'âge n'est pas obligatoirement le critère le plus juste, le plus efficace, pour apprécier telle ou telle politique publique", a martelé le premier président de la Cour des comptes, citant notamment la gratuité des transports en commun pour les plus de 65 ans dans certaines collectivités territoriales. "Il faut que les élus se posent la question par rapport à leur objectif et à l'efficacité de l'action publique".

Les prestations familiales "sur la table". Didier Migaud souhaite "mettre sur la table un certain nombre de niches fiscales" et considère que les "prestations familiales" sont "un sujet qui peut être mis sur la table". Pour lui, il s'agit d'une prestation "qui rentre sur les revenus et peut, d'une certaine façon, être fiscalisée".

Le tarif agents d'EDF. Notant une "augmentation des salaire" qui est "plus importante" à EDF, Didier Migaud pointe "une certaine accumulation". "Le tarif agents, pour ce qui concerne le paiement de la consommation d'électricité, est sans plafond. Est-il légitime de ne pas tenir compte de la consommation s'agissant de cette règle, alors que tout le discours est d'inciter les gens à faire des efforts sur la consommation ?", s'est-il interrogé, assurant qu'il n'était "pas question de remettre en cause le tarif agents". "Peut-être qu'il doit être plafonné", a-t-il lancé, ajoutant : "Lorsqu'il y a des taxes supplémentaires, faut-il obligatoirement en faire échapper les salariés d'EDF ?".

>> A lire aussi : Trop d'avantages chez EDF ?