Devant la Cour européenne des droits de l'Homme, Macron défend sa loi antiterroriste

  • A
  • A
Devant la Cour européenne des droits de l'Homme, Macron défend sa loi antiterroriste
Emmanuel Macron a défendu mardi la loi antiterroriste qui prend mercredi le relais de l'état d'urgence.@ AFP
Partagez sur :

C'est la première fois qu'un président français s'exprimait devant les 45 juges de la CEDH.

Emmanuel Macron a défendu mardi devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) la loi antiterroriste qui prend mercredi le relais de l'état d'urgence, affirmant qu'elle "protège nos concitoyens mais aussi les droits de l'Homme".

"Ce texte est efficace, respectueux et protecteur et s'inscrit dans la Convention" européenne des droits de l'homme, a-t-il dit, réaffirmant son attachement à la convention qui "garantit aux 830 millions d'Européens une protection sans équivalent dans le monde et est un modèle pour l'humanité entière".

Une loi jugée "liberticide" par plusieurs ONG et la gauche radicale. La loi antiterroriste, qui renforce les capacités d'intervention des forces de l'ordre en cas de menaces terroristes, a été critiquée par des ONG et la gauche radicale qui l'estime "liberticide"."Nous demeurons dans le cadre de l'état de droit et sous le contrôle du juge. Mais la sécurité est la condition même pour que nos libertés puissent être respectées", a argué le chef de l'État. C'est la première fois qu'un président français s'exprimait devant les 45 juges de la CEDH, dans sa grande salle d'audience.

45juges600

Emmanuel Macron doit défendre sa loi devant les 45 juges de la CEDH. Source : AFP

"Nous n'étions pas assez préparés au terrorisme djihadiste", s'est défendu le président français. Cette loi "n'a aucunement pour objet de pérenniser l'état d'urgence comme certains l'ont dit mais prévoit des mesures nécessaires à la protection de nos compatriotes, strictement définies, encadrées et soumises à un contrôle renforcé du juge", a aussi déclaré Emmanuel Macron à l'issue d'un entretien avec le secrétaire général du Conseil de l'Europe Thorbjorn Jagland. "Le terrorisme vise la société européenne, ses mœurs, le consensus moral qui est le nôtre, ce socle commun dont les fondements sont les droits de l'Homme (...). Nous n'étions pas assez préparés au terrorisme djihadiste, son idéologie mortifère, qui nous ont conduit à réorganiser profondément notre droit", a-t-il dit devant les juges de la CEDH.

Une loi amenée à être évaluée dans deux ans, modifiée, complétée "si nécessaire". "À ceux qui pensent que seul l'état d'urgence les protégeait, je leur réponds qu'ils se trompent car il n'a pas évité plusieurs attentats, il n'est plus efficace ni adapté. À ceux qui pensent que nous devions sortir de l'état d'urgence sans autre changement je leur dis qu'ils se trompent aussi. Il fallait adapter à ce risque durable nos règles". Emmanuel Macron a rappelé que la loi serait évaluée d'ici deux ans et modifiée ou complétée si nécessaire. "Nous devons protéger nos concitoyens mais aussi les droits de l'Homme car ils sont au cœur même du combat contre les terroristes, c'est ce qu'ils souhaiteraient que nous abandonnions", a-t-il dit.