Des vœux très politiques pour Sarkozy

  • A
  • A
Des vœux très politiques pour Sarkozy
@ REUTERS
Partagez sur :

A quatre mois de la présidentielle, le chef de l’Etat quasi-candidat entend occuper le terrain.

Le mois de janvier sera chargé pour Nicolas Sarkozy. A quatre mois de la présidentielle, le chef de l’Etat a prévu de quadriller l'Hexagone pour le traditionnel exercice des vœux. Pas moins de 15 déplacements prévus à l’agenda et une présence sur le terrain tous les deux jours pour le président de la République, désormais presque candidat. Avec deux objectifs : défendre le bilan du quinquennat et partir à la reconquête des électorats qui lui ont été favorables en 2007 - les agriculteurs, les chefs d’entreprises, etc.

A chaque déplacement sa cible

Après avoir rendu un hommage appuyé aux fonctionnaires le 1er janvier à Metz, le président se rendra mardi à l'école navale de Lanvéoc-Poulmic, dans le Finistère, pour ses voeux aux forces armées. Jeudi, Nicolas Sarkozy est attendu sur les terres de Jean-Pierre Raffarin, à Chasseneuil-du-Poitou, dans la Vienne pour ses vœux aux enseignants, une cible électorale particulièrement soignée par l’Elysée. Enfin, pour la première fois, le chef de l’Etat ira dans les Vosges et la Meuse à l'occasion du 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc, une figure jusqu’ici honorée par le seul Front national.

Pour sa deuxième semaine de vœux marathons, le président sera notamment à Lille, fief de la Première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry, pour adresser ses vœux aux fonctionnaires et aux acteurs de la réforme de l'Etat. Une ville où il avait lancé en 2008 la révision générale des politiques publiques (RGPP), caractérisée par le non remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

Montrer qu'il "reste dans l'action"

La troisième semaine de janvier sera consacrée aux voeux au monde rural, dans l'Ariège, un des rares départements, avec les Deux-Sèvres, le Tarn et les Landes, où Nicolas Sarkozy ne s'est pas rendu depuis son élection en 2007.

Dans l’entourage présidentiel, on assure que les vœux 2012 n’ont pas de couleur particulière et qu’ils visent seulement à montrer que le chef de l’Etat "reste dans l’action". L’opposition s’agace, elle, du mélange des genres du président candidat.