Dernière charge d’Aubry contre Sarkozy

  • A
  • A
Dernière charge d’Aubry contre Sarkozy
@ REUTERS
Partagez sur :

A la veille de la clôture de la campagne des régionales, la socialiste était jeudi soir à Paris.

Jean-Paul Huchon est un fan de rock, et il a été servi. 2.000 militants électrisés sont venus le soutenir jeudi soir lors d’un meeting à Paris. Mais c’est Martine Aubry qui a été le plus longuement applaudie. La première secrétaire est plus remontée que jamais contre Nicolas Sarkozy. Comme à chaque fois, elle fustige et moque le bilan du président de la République.

Mais jeudi soir, Martine Aubry est allée plus loin, décrivant un Nicolas Sarkozy en rupture totale avec le peuple français. "Il y a eu une exception, quand il y a eu la tempête. Là, il s’est dit "oh, là, là !" Alors il est venu leur faire un discours, et il leur a dit qu’il les aimait. C’est rare, que Nicolas Sarkozy aime des français. " Les deux tiers du discours sont consacrés à un pilonnage en règle du président e la République.

"Lui ne va pas s'abstenir"

De facto, Martine Aubry fait du scrutin de dimanche un vote sanction contre Nicolas Sarkozy. "Oui, vous avez aussi besoin d’avoir les 14 et 21 mars un signe fort qui permettra de dire à Nicolas Sarkozy : ça suffit cette politique injuste, sans sens et inefficace. Et pour cela, il faut voter pour les socialistes. Et il faut dire aux français : si vous vous abstenez, le président de la République, lui, ne va pas s’abstenir."

Martine Aubry a tout à gagner d’une vague rose aux régionales. Une large victoire pourrait être le point de départ d’un destin national pour la première secrétaire.

ZOOM - Les régionales en Ile-de-France