Départements : le FN pose ses conditions dans une charte

  • A
  • A
Départements : le FN pose ses conditions dans une charte
@ AFP
Partagez sur :

Le Front national se dit ouvert "à d'éventuels accords visant à constituer une majorité départementale avec d'autres élus".

Le Front national l'avait annoncé avant les élections départementales : il publierait après le second tour une charte définissant les conditions sous lesquelles il pourrait conclure des accord avec d'autres groupes politiques dans les nouveaux conseils départementaux. Cette "charte d'engagement politique pour le département" a été officialisée mardi (voir le document ici). Elle est "adressée aux élus souhaitant servir l’intérêt général dans les départements où, à l’issue du second tour des élections départementales, il n’y a pas de majorité départementale absolue", précise le FN.

Fraudes sociales et port du voile dans le viseur. Le parti liste huit "principes d'action". On y trouve pêle-mêle le refus de "toute augmentation de la fiscalité", le "maintien des services publics de proximité", la lutte "contre les gaspillages, les gabegies et les fraudes sociales", le RSA étant cité. Le FN prône également le refus de "toute subvention et toute aide à des organisations ou des projets communautaristes", la défense de "la laïcité républicaine dans tous les secteurs de la vie départementale" et l'interdiction du port du voile dans les crèches.

Ce document rappelle la "charte d'action municipale" que le FN avait publiée six mois avant le scrutin municipal de mars 2014. Le parti de Marine Le Pen y avait posé dix principes préalables à des alliances avec des candidats d'autres camps au sein des conseils municipaux.

Mais cette charte départementale trouvera-t-elle une traduction concrète, alors que le FN n'est pas vraiment en situation de jouer les trouble-fête dans les exécutifs départementaux ? Dans l'Aisne, le Pas-de-Calais et le Vaucluse, aucune majorité ne s'est dégagée après le second tour, mais la droite comme la gauche comptent bien se passer des frontistes pour gouverner. A la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy a d'ailleurs répété l'interdiction de toute alliance avec le FN. Il faut désormais attendre l'élection des présidents des conseils départementaux, jeudi, pour savoir si la charte frontiste trouve un écho chez certains élus.

>> LIRE AUSSI - Départementales : le front républicain a-t-il fonctionné ?

>> LIRE AUSSI - Départementales : et un, et deux, et troisième tour !