Départementales : Sarkozy déjà dans l'entre-deux-tours

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - Le président de l'UMP veut tout verrouiller pour éviter la moindre erreur.

L'INFO. A la veille des départementales, les états majors préparent déjà l"'après", autrement dit leurs soirées électorales. Objectif pour Nicolas Sarkozy : tout faire pour éviter que l’UMP ne tombe, entre les deux tours, dans le piège du Front national. L'urgence est donc d'accorder les violons de l'UMP pour réciter la même musique dans les médias après la proclamation des résultats.

Le "ni-ni" toujours au programme. Dès dimanche prochain, à 18h30, Nicolas Sarkozy va réunir ses troupes pour étudier les résultats et rappeler les grands principes vis-à-vis du Front nationale. La ligne est déjà calée : les candidats de l’UMP se maintiendront partout là ou ils le peuvent. Pas question de se désister au profit d'un candidat PS pour éviter la victoire du FN. Le "ni-ni" - que le président UMP lui-même a essayé de faire évoluer, en vain -  a encore de beaux jours devant lui.

Un président concerné et présent. Le lundi matin, Nicolas Sarkozy a convoqué un bureau politique. Pas question, cette fois, de reproduire l’erreur de laisser l’UMP dans le flou. Au lendemain de l'élimination de son candidat au premier de l'élection législative partielle, le président de l'UMP s'était envolé pour Abou Dhabi afin d'y donner une conférence (grassement) rémunéré. Sa famille lui avait reproché. Il a retenu la leçon et sera aux manettes pour gérer l’entre-deux-tour.

m

Un objectif ambitieux pour les départementales. Ces élections départementales sont cruciales pour Nicolas Sarkozy, qui passe là son premier vrai test électoral depuis son retour dans l'arène politique. Pourtant, officiellement, pas question de se fixer des objectifs. Mais selon les informations d'Europe 1, l’UMP souhaite renverser totalement le rapport de force avec le Parti socialiste. Aujourd'hui, le parti dirigé par Jean-Christophe Cambadélis préside 60 départements et celui de Nicolas Sarkozy seulement 40. Les proches de ce dernier estiment envisageable de passer à 60/ 40, mais en faveur de la droite cette fois.

La Corrèze au programme ? Pour parvenir à ses fins, l'ancien chef de l'Etat va continuer à mouiller la chemise. Pendant l'entre-deux-tours, il fera ainsi deux déplacements symboliques. L'idée d'aller faire un tour en Corrèze lui trotte déjà dans la tête. L'intérêt pour lui serait triple : le département pourrait basculer à droite, cela lui permettra de s'afficher aux côtés de la toujours très offensive Bernadette Chirac et, surtout, ce sont les terres de… François Hollande.

>> LIRE AUSSI - Pourquoi les départementales sont un piège pour l'UMP

>> LIRE AUSSI - Sarkozy promet "la guerre" à Marine Le Pen

>> LIRE AUSSI - Les départementales, premier crash-test pour Sarkozy