Défenseur des droits : François Hollande pense à Jacques Toubon

  • A
  • A
Défenseur des droits : François Hollande pense à Jacques Toubon
@ REUTERS
Partagez sur :

Pour succéder à Dominique Baudis, décédé en avril, le chef de l’Etat songe à l’ancien ministre RPR de la Justice.

François Hollande "envisage de nommer" Jacques Toubon, ancien ministre de Jacques Chirac, au poste de Défenseur des droits où il succèdera à Dominique Baudis, décédé en avril, a annoncé mercredi l'Elysée. Jacques Toubon succéderait à Dominique Baudis, décédé le 10 avril dernier, à l'âge de 66 ans, dans les dernières semaines de l'exercice de son mandat.

Retiré de la politique en 2001. Agé de 72 ans, Jacques Toubon, issu de l'ENA et conseiller d'Etat, s'est retiré de la vie politique depuis 2001. Ce Niçois d'origine fut un fidèle de Jacques Chirac, dont il a été notamment adjoint à la mairie de Paris. Député (RPR) de Paris de 1981 à 1993, il a été ministre de la Culture et de la Francophonie (1993-1995), puis ministre de la Justice (1995-1997), dans les gouvernements de Edouard Balladur et d'Alain Juppé.

Hazan Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté ? Par ailleurs, le chef de l'Etat a aussi proposé de nommer l'ancienne maire PS de Reims, Adeline Hazan, magistrate de formation, au poste de Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. Elle succédera, si sa nomination est avalisée par le parlement, à Jean-Marie Delarue, dont le mandat arrive à terme et n'est pas renouvelable. Maire de Reims de 2008 à 2014, Adeline Hazan, proche de Martine Aubry, a été battue aux municipales du mois de mars par l'UMP Arnaud Robinet. Agée de 58 ans, elle a occupé divers postes de magistrat, à Paris et en province. Elle fut aussi secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, classé à gauche.

En vertu de la Constitution, ces nominations ne peuvent être infirmées que si une majorité des 3/5emes des commissions concernées s'y oppose.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

EN IMAGES ET EN TWEET - L'hommage à Dominique Baudis

PORTRAIT - Dominique Baudis, mort d'un hyperactif de la politique

ARCHIVE - Dominique Baudis disait sa "fierté" de s'être battu contre la calomnie