Déchéance de nationalité : Hollande reçoit vendredi plusieurs chefs de parti

  • A
  • A
Déchéance de nationalité : Hollande reçoit vendredi plusieurs chefs de parti
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Plusieurs chefs de partis politiques vont être conviés à l'Elysée pour évoquer la question de la déchéance de nationalité.

François Hollande recevra vendredi plusieurs chefs de parti, dont Nicolas Sarkozy, accompagnés pour chacun des responsables de leurs groupes parlementaires respectifs, pour les consulter sur le projet de réforme de la Constitution et la controversée déchéance de nationalité, a annoncé jeudi l'Elysée.

Une journée marathon. Le président de la République entamera ses consultations à 9h avec Jean-Michel Baylet, le président du Parti des radicaux de gauche (PRG), accompagné de Roger-Gérard Schwartzenberg (Assemblée nationale) et Jacques Mézard (Sénat). Il enchaînera à 10h avec Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, Philippe Vigier (Assemblée) et François Zocchetto (Sénat). 

A 12h15, précise toujours l'Elysée dans un communiqué, ce sera au tour de Nicolas Sarkozy, président des Républicains, avec notamment Christian Jacob (Assemblée) et le président du Sénat Gérard Larcher. Les socialistes menés par Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, suivront à 14h45, avec Bruno Le Roux (Assemblée) et Didier Guillaume (Sénat). Pierre Laurent, numéro un du PCF, accompagné d'André Chassaigne (Assemblée) et Eliane Assassi (Sénat), leur succèderont à 15h30. Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, clôturera, à 16h15, ces consultations avec Cécile Duflot (Assemblée) et Jean-Vincent Placé (Sénat).

François Hollande avait entamé ses consultations mercredi en recevant le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et celui du Sénat, Gérard Larcher. Celui-ci a indiqué à l'issue de son entretien avec le président de la République que la réforme constitutionnelle ferait l'objet d'une "communication en Conseil des ministres" avant son examen par les députés, à partir du 5 février.