Déchéance de nationalité : "voter contre s'impose", estime Duflot

  • A
  • A
Déchéance de nationalité : "voter contre s'impose", estime Duflot
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Cécile Duflot a aussi jugé dans un entretien à Libération jeudi que le risque d'une telle démarche était au final "d'appliquer le programme" du Front national. 

La coprésidente des députés écologistes Cécile Duflot appelle "toutes les consciences républicaines à se réveiller", après la décision de l'exécutif de conserver dans son projet de révision constitutionnelle la déchéance de nationalité, jugeant que "voter contre s'impose".

La risque ? "Appliquer le programme du FN". "Voter contre s'impose. J'appelle toutes les consciences républicaines à se réveiller et à refuser cette pente glissante. Il faut savoir poser des bornes infranchissables", déclare l'ancienne ministre EELV dans un entretien jeudi à Libération. "A force de vouloir couper l'herbe sous le pied du FN, on risque d'appliquer son programme", affirme-t-elle.

Une "nouvelle blessure" infligée à EELV. Cécile Duflot, qui avait "tend(u) la main" à François Hollande, au lendemain des élections régionales, pour bâtir une "coalition de transformation" englobant les écologistes et les communistes, déclare également : "j'ai tendu la main en prenant mes responsabilités. Aujourd'hui, je vois une nouvelle blessure infligée à nos valeurs. Persister dans cette voix est une folie".

Non à "une synthèse avec la droite". Pour Cécile Duflot, la solution n'est pas dans "la recherche d'une synthèse avec la droite". "Je continue à penser que la situation politique demanderait au contraire une coalition de transformation pour proposer une nouvelle politique. La décision du Président nous en éloigne".