Débats politiques : LREM conseille ses adhérents... pour les réveillons en famille

  • A
  • A
Débats politiques : LREM conseille ses adhérents... pour les réveillons en famille
@ JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :

Parmi les personnes à convaincre, on trouve ainsi l'"oncle sceptique", "le cousin soucieux du sort des sans-abris", le frère "préoccupé par le changement climatique" ou la grand-mère inquiète de la hausse de la CSG.

La politique, c'est aussi une affaire de famille. C'est en tout cas l'avis de la direction de la République en Marche, qui a adressé par mail une série de conseils à ses adhérents pour les aider à défendre l'action de la majorité et du chef de l'Etat lors des repas de famille de fin d'année. Pour parer aux discussions politiques parfois animées des soirs de réveillon, LREM propose "6 arguments pour expliquer l'action de la majorité et convaincre chaque membre de votre famille entre l'entrée et la bûche". Quitte à tomber, parfois, dans le cliché. 

"Oncle sceptique" et "cousin soucieux". Parmi les personnes à convaincre, on trouve ainsi l'"oncle sceptique", "le cousin soucieux du sort des sans-abris", le frère "préoccupé par le changement climatique" ou la grand-mère inquiète de la hausse de la CSG. "LREM s'adresse aux adhérents très régulièrement et là a choisi un format un peu ludique", qui donne "quelques guides et quelques éléments à celles et ceux qui sont les animateurs de la parole d'En Marche", a expliqué le délégué général de LREM Christophe Castaner sur LCI.

LREM fournit aussi la conclusion. Des arguments sont chaque fois fournis pour permettre des réponses claires et rapides. Exemple, "deux chiffres" peuvent être opposés aux interrogations sur le sort des SDF : "138.000 places d'hébergement ouvertes (soit 12.000 de plus que l'an dernier). Hausse de 18% du budget de l'intégration". LREM, qui revendique plus de 390.000 adhérents, leur fournit également des éléments de conclusion : "En un an nous avons déjoué tous les pronostics et démontré que (décidément) impossible n'est pas français".

Reste à savoir comment les adhérents réussiront à incarner ces arguments. Et si "l'oncle sceptique" et le "cousin soucieux du sort des sans-abris" se montreront convaincus, à l'heure où l'on estime à plus de 140.000 le nombre de personnes qui dorment dehors.