Darmanin : "Le ministre de l’Intérieur ne peut pas être le ministre des Cultes"

  • A
  • A
Partagez sur :

Interrogé par Le Club de la Presse mercredi, Gérald Darmanin, député-maire Les Républicains de Tourcoing a invité à réfléchir sur la place de l'islam de France.

INTERVIEW

Invité du Club de la Presse mercredi, Gérald Darmanin, député-maire Les Républicains de Tourcoing, a invité à réfléchir sur la place de l'islam de France. Alors que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mercredi la fermeture de trois mosquées depuis la semaine dernière, le directeur de campagne de Xavier Bertrand pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais – Picardie s'est dit "très étonné que le discours du Président de la République au congrès après les attentats ne contienne pas un mot sur l’islam ou l’islamisme ni sur la nécessaire organisation de l’islam de France".

"Ce qui est Républicain ou pas". Pour Gérald Darmanin, l'urgence est de définir "ce qui est acceptable ou pas en France". "Quand l'imam de Brest demande de ne pas écouter de la musique, est-ce que c'est anti-Républicain ou pas ?", interroge-t-il. Pour cela, le député-maire de Tourcoing invite à faire appel "aux responsables du culte, à ceux qui savent". "Le ministre de l’Intérieur ne peut pas devenir le ministre des Cultes", assène-t-il.

Pour autant, le secrétaire général adjoint en charge des élections pour Les Républicains s'est dit "affolé que des partis d’extrêmes – mais pas seulement – puissent penser que l’islam est incompatible avec la République. Ce qui est incompatible avec la République, c’est la sectarisme et la connerie", a-t-il lancé.