Dans son discours à l'Hôtel de Ville, Macron rend hommage à Paris

  • A
  • A
Dans son discours à l'Hôtel de Ville, Macron rend hommage à Paris
Emmanuel Macron a donné son dernier discours de la journée en fin d'après-midi, à l'Hôtel de Ville, devant la maire Anne Hidalgo.@ CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Partagez sur :

Saluant une ville "à la croisée des mémoires", Emmanuel Macron a dressé le portrait d'une capitale "cœur historique, meurtri, battant de notre pays".

DISCOURS

C'était la dernière étape d'une journée très chargée. Dimanche, en fin d'après-midi, le président fraîchement investi, Emmanuel Macron, a livré un dernier discours à l'Hôtel de Ville de Paris, devant la maire de la capitale, Anne Hidalgo, et des centaines d'invités. Dans son allocution d'une vingtaine de minutes, le chef de l'État a notamment rendu un vibrant hommage à la ville et à ses habitants.

"Le cœur de notre pays". "Je viens tout droit au cœur de la France, au cœur historique, meurtri, battant de notre pays", a déclaré Emmanuel Macron. "Je viens dans ce cœur de la France qui a porté ce message de liberté, de fierté, qui a dit non à la haine, au repli sur soi et à la division." Une allusion au fait que c'est dans la capitale que Marine Le Pen, la candidate du Front nationale a fait parmi ses plus faibles scores au premier comme au second tour de l'élection présidentielle. 

Allusion aux attentats et aux réfugiés. Esquissant à grands traits l'Histoire de la ville, marquée par des épisodes révolutionnaires notamment, Emmanuel Macron est revenu sur les attentats du 13 novembre 2015. "Au moment de ces drames, quel a été le réflexe des Parisiens ? Se réfugier, se barricader, fuir ? Non. Le premier réflexe de milliers de Parisiens fut d'ouvrir leur porte, d'aller donner leur sang, de proposer leur aide." Le président en a profité pour saluer l'action de la maire, Anne Hidalgo, disant avoir "admiré la façon dont [elle] avait fait front pour incarner une ville debout, indomptable, avec [ses] élus et les services de la ville". Emmanuel Macron a aussi complimenté l'édile sur sa gestion de la crise des réfugiés. "Vous avez expliqué qu'il fallait une réponse humaine et digne, et vous avez agi", l'a-t-il félicitée. 

Parler de "l'avenir" du pays. Puis, Paris est devenu prétexte pour parler de la France et de la "préparation de l'avenir" du pays. "Les emplois de demain sont là, la prospérité de demain est là", a lancé le chef de l'Etat. "Je veux accompagner ces mutations pour permettre à tous, pas seulement les Parisiens, de saisir ces opportunités nouvelles." Tissant, encore et toujours, un lien étroit entre liberté et protection, Emmanuel Macron a estimé que Paris devait "porter l'optimisme, la mobilisation de tous les citoyens". Mais également cité l'exemple de la tenue de la COP 21 pour rappeler qu'il travaillerait avec Anne Hidalgo sur les thématiques du "climat, de la pollution, de la transition énergétique". Enfin, il a assuré Anne Hidalgo qu'il "accompagnerait pleinement" la candidature de la capitale à l'organisation des Jeux olympiques de 2024.

"Entendre les peurs et y répondre". Emmanuel Macron a conclu en rappelant que "sa charge [était] bien plus large" que les murs de la capitale et qu'il lui était indispensable de prendre en compte "les fractures qui parcourent notre pays, les colères, les doutes qui s'y sont exprimés". "Président de la République, c'est aussi faire l'unité du pays en permettant à chaque commune, département, région, d'être pleinement un territoire de la République", a-t-il déclaré. Avant de souligner qu'il lui faudrait "entendre les peurs et y répondre, donne une place à chacune et chacun".