Dalongeville, un candidat qui menace

  • A
  • A
Dalongeville, un candidat qui menace
@ MAXPPP
Partagez sur :

Condamné à de la prison ferme, l’ancien maire PS d'Hénin-Beaumont sera candidat aux municipales.

L’INFO. Gérard Dalongeville ne désarme pas. L'ancien maire socialiste d'Hénin-Beaumont a été condamné lundi à quatre ans de prison, dont trois ferme, pour détournements de fonds publics. "On veut me faire taire", assure-t-il. Gérard Dalongeville annonce aussi qu'il se présentera aux prochaines municipales. Et menace de lâcher les secrets du PS local.

>> A LIRE AUSSI : Trois ans de prison ferme pour Dalongeville

Il sera candidat. Depuis plusieurs semaines, il arpente les rues d'Hénin-Beaumont, convaincu d’avoir suffisamment de popularité pour briguer un nouveau mandat. Malgré ses déboires judiciaires, il estime être le seul rempart à la montée du Front national, qui a fait de cette ville son laboratoire de conquête. Toute ressemblance avec Jérôme Cahuzac serait évidemment fortuite…

WOS1305027082

"C’est une tête brûlée". Mais Steeve Briois (photo), proche de Marine Le Pen dont il est l’homme-lige dans le Nord, ne craint pas la menace. "Ce personnage manque de décence. Plutôt que de mener une campagne à Hénin-Beaumont, je lui conseillerais plutôt de faire des économies, pour commencer à rembourser ce qu’il doit aux contribuables. Mais bon, c’est une tête brûlée… Il se croyait au dessus des lois, maintenant il se croit au dessus des jugements. Et s’il vient à se présenter aux élections, il y aura une justice des électeurs", assure le secrétaire général du FN au micro d’Europe 1, lundi matin."

"La ville mettra des années à se remettre de cet épisode". Le maire actuel de la ville, Eugène Binaisse, n’est pas loin de penser la même chose. Pour lui, les habitants de sa commune n’oublieront pas que les détournements de fonds pour lesquels Gérard Dalongeville  été condamné ont contribué à ruiner la ville. "Au niveau des finances, bien évidemment qu’il y a eu du gâchis. Cela fait trois, quatre ans que nous peinons à rétablir les comptes… Cela a coûté quatre millions d’euros, mais nous serons remboursés à hauteur de 600.000 euros. La ville mettra des années à se remettre de cet épisode", a-t-il regretté sur Europe 1. Pour Thierry Mandon, porte-parole des députés socialistes, interrogé par Europe 1, "s’il se présente, il mesurera lui-même l’ampleur du discrédit qui est le sien."

Mais pour prouver que son pouvoir de nuisance est toujours réel, Gérard Dalongeville promet de nouvelles révélations sur le financement occulte du Parti socialiste du Pas-de-Calais. Et il se dit prêt à témoigner dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur le sujet au tribunal de Lille.