D-Day : l'impossible rencontre Obama-Poutine

  • A
  • A
D-Day : l'impossible rencontre Obama-Poutine
@ Reuters
Partagez sur :

CASSE-TÊTE - Les deux dirigeants ne veulent pas se croiser le 6 juin prochain. L’Elysée tente de s’organiser en conséquence.

L’INFO. C’est un casse-tête diplomatique. Le 6 juin prochain, Vladimir Poutine et Barack Obama seront en France pour assister aux commémorations des 70 ans du Débarquement. Crise ukrainienne oblige, les deux dirigeants n’ont pas prévu de se croiser et cherchent même à s’éviter. Autant dire que l’Elysée doit faire preuve d’imagination pour éviter qu'un incident diplomatique ne vienne gâcher la fête.

Deux dîners pour Hollande. "Ce n'est pas la guerre froide", tempère tout de même un diplomate… avant de reconnaître que Russes et Américains doivent se supporter. Une source haut placée au quai d'Orsay confirme malgré tout que Poutine et Obama n'ont pas du tout envie de se voir et qu’aucune séance de travail n'est prévue en marge des célébrations. Plus significatif encore : François Hollande va devoir dîner deux fois jeudi soir. A 19 heures, ce sera à la table du président américain. Puis à 21 heures, il mangera avec le dirigeant russe. Histoire d’être sûr que les deux hommes ne se croiseront pas. "Un peu comme dans une pièce à la  Feydeau", ironise un diplomate.

Objectif : une poignée de main. Vendredi, Vladimir Poutine et Barack Obama seront certes au premier rang dans la tribune officielle, à Ouistreham… mais à chaque extrémité de l’estrade. Si l’Elysée a bien conscience de l’importance d’éviter tout impair, elle espère également favoriser un rapprochement, si le climat le permet. L’un des objectifs avoués, c’est la photo d’une poignée de main entre les dirigeants russes et américains. "L'Elysée y travaille", confirme un conseiller du président.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

INTERVIEW - D-day : "Les Allemands étaient persuadés que c'était un code très sophistiqué"

POLÉMIQUE - Cérémonies du "D-Day" : la guerre des images

DÉBARQUEMENT - Hollande prend de l'avance en Normandie

ÉCOUTEZ - "Une visite de la reine, c'est toujours un évènement très spécial"