Crise : Hollande accélère son calendrier

  • A
  • A
Crise : Hollande accélère son calendrier
2012 : Hollande présente ses choix pour le système financier@ REUTERS
Partagez sur :

Hollande avance son calendrier, en dévoilant mardi les premiers arbitrages de son programme économique.

Son entrée en campagne devait se faire "plus tard". Les premiers arbitrages de son programme devaient être connus en janvier. Son organigramme de campagne, dévoilé à la fin de l’année. Voilà, ce qu'avait prévu le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande. Avant la Grèce. Avant l’aggravation de la crise de l’euro. Mais face à l'enveniment de la situation économique, Hollande - taxé ici par la droite de "passivité", d’indécision chronique, qualifié aussi de simple "commentateur" de la vie politique - a dû accélérer son calendrier. Mercredi, l'élu de Corrèze a ainsi présenté les premières pistes de son programme économique et a planifié pour le début de la semaine prochaine, l'annonce de la composition de sa dream team pour 2012.

"Dans l’absolu, François Hollande devait rester silencieux dans cette période d’après-primaire, mais 'un cas gravissime' comme la crise, l’oblige à intervenir", commente Gaël Sliman, directeur du département Opinions de BVA, interrogé par Europe1.fr. "S’il ne s’exprime pas sur ces sujets, il risque d’apparaître comme un candidat incapable de prendre des décisions dans l’urgence - ce dont est généralement crédité son adversaire Nicolas Sarkozy. Bref, d'être un candidat qui n’a rien à dire, rien à proposer", ajoute-t-il.

Les premiers arbitrages de son programme

Mercredi, François Hollande a donc passé la vitesse supérieure et a porté le fer contre Nicolas Sarkozy en présentant ses priorités pour relancer l'économie et réguler le système économique et financier. 

Le toujours-favori-des-sondages a ainsi promis d'interdire aux banques de traiter avec les fonds spéculatifs et les paradis fiscaux, de réguler strictement les produits dérivés et d'apporter une réponse offensive et différente à la crise de la zone euro. Au détour, il a assuré que son projet présidentiel serait mis en oeuvre au rythme permis par la croissance, et a ironisé sur l'accélération de la rigueur budgétaire par le chef de l'Etat.  

"On ne tient pas un discours de vérité - et encore, il y aurait à vérifier - à la fin d'un mandat ! On ne peut pas adopter le discours churchillien à la fin de la guerre !", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse, en référence au Premier ministre qui avait promis en 1940 aux Britanniques "du sang, de la peine, des larmes et de la sueur".

Sa dream team 2012 bientôt dévoilée 

Après cette séquence non prévue à son agenda, il présentera également son équipe de campagne "mardi ou mercredi prochains", a fait savoir un de ses lieutenants Stéphane Le Foll. L'équipe comprendra une partie "politique", chargée de la mise en oeuvre des décisions politiques et une partie "administrative et organisationnelle", dirigée par "un préfet ou une préfette", a expliqué Le Foll, chargé de l'"organisation" de la campagne du candidat pendant la primaire.

En attendant, François Hollande a perdu cinq points dans les sondages. Il reste toutefois perché à 51 %. La cote de confiance de Nicolas Sarkozy, elle, est en forte hausse ce mois-ci, passant de 32 à 40 %, selon l'observatoire politique CSA-Les Echos. Un rééquilibrage imputable à la crise.