Crise : du brouillage sur la ligne Fillon-Sarkozy

  • A
  • A
Crise : du brouillage sur la ligne Fillon-Sarkozy
Partagez sur :

Le premier ministre avait évoqué la semaine dernière "l'amorce d'une sortie de crise". Provoquant la réaction de l’Elysée.

Sur la crise, Nicolas Sarkozy et François Fillon ont visiblement du mal à accorder leurs violons. Le premier ministre avait évoqué la semaine dernière "l'amorce d'une sortie de crise". Avant de revenir sur ses propos, face aux critiques. "L'année 2010" resterait "une année difficile" et la reprise "ne pourrait "être que très progressive", a tenté de pondérer François Fillon.

Car, entre-temps, les foudres de l’Elysée n’ont pas tardé à tomber. D’abord par la voix du conseiller spécial Henri Guaino, qui a affirmé sur Europe 1 : "Le premier ministre n'a pas voulu dire que la crise était finie (…) Nul ne sait jusqu'où elle s'aggravera et quand elle se terminera".

Puis Nicolas Sarkozy est lui-même monté au créneau lundi. Dans un discours devant l'Organisation internationale du travail à Genève, le président français a jugé "totalement suicidaire" de penser que la crise était une simple parenthèse et a rappelé les dirigeants du monde à leurs responsabilités. "Le rôle des responsables politiques c'est à la fois de dire la vérité et en même temps de tracer des perspectives pour la sortie", a rétorqué François Fillon.

En ligne de mire pour les deux hommes : le remaniement ministériel. Au-delà des modificationsqui devraient intervenir d’ici quelques jours pour répondre aux départs après les élections européennes, un important remaniement devrait avoir lieu au printemps 2010. Avec cette fois un changement à Matignon.