Coucou, revoilà Copé !

  • A
  • A
Coucou, revoilà Copé !
@ Reuters
Partagez sur :

CACHE CACHE - L'ancien président de l'UMP continue de réunir discrètement ses soutiens. "Il n'a renoncé à rien", confie l'un d'entre eux.

Il parlait de tout, tout le temps. Depuis cinq mois, on ne l'entend plus, du tout. "Jean-François Copé s'astreint à une diète médiatique et vous ne l'entendrez pas s'exprimer avant l'été prochain", assure un proche de l'ancien président de l'UMP. Depuis qu'il a été poussé à la démission par l'explosion de la bombe Bygmalion, le maire de Meaux assure vouloir "faire de la politique autrement". Car si on ne l'entend plus, cela ne veut pas dire pour autant que le grand brûlé de l'UMP a renoncé à ses ambitions. Surtout pas.

Depuis le 27 mai dernier, jour où il a été contraint par ses "camarades" à la démission de la présidence du parti, Jean-François Copé s'est lancé dans un tour de France sans tambour ni trompette. Enfin presque. Pendant cinq mois, il a accepté qu'une équipe de France 2 le suive pas à pas. Le résultat : un documentaire plutôt flatteur pour le député-maire de Meaux, diffusé le 23 novembre dernier.

>> LIRE AUSSI - EXCLU - Copé : "je sais que je ne savais rien" sur Bygmalion

"Son objectif : faire du fond"

RTR3G3FF
"Copé est dans une phase de construction personnelle. Il n'est plus le même", confie un de ses proches. "Finie la politique politicienne !", a même promis l'ancien patron de l'UMP. Là, on a un peu souri. Sa priorité, aujourd'hui, serait ailleurs. "Le silence, ça a été un peu dur pour lui au début. Maintenant, il trouve cela plus confortable pour réfléchir et trouver des idées nouvelles. C'est ça son objectif : faire du fond", confie à Europe1.fr Sébastien Huyghe, nouveau porte-parole de l'UMP et proche de Jean-François Copé.

"Faire du fond", cela passe notamment par la réactivation de son club, Génération France. Mercredi soir, ils étaient ainsi environ 80 à venir écouter Antoine Sfeir, politologue spécialiste du Moyen-orient, parler pendant deux heures des révolutions arabes. Parmi eux figuraient une quinzaine de parlementaires, dont Michèle Tabarot, Virginie Duby-Muller, Pierre Lequiller, Pierre Morel-A-l'Huissier, Sébastien Huyghe, Valérie Debord ou Jean-Baptiste Lemoyne.

"Jean-François Copé n'a jamais renoncé à servir l'Etat"

"Il nous a expliqué qu'il souhaite faire de ce club un lieu où on peut parler de tout", raconte un participant à Europe1.fr. De tout, mais surtout pas de politique politicienne, donc. Pas évident pour un homme qui n'a fait que ça - ou presque - pendant 20 ans. "Ici, on est loin des bisbilles que l'on voit dans les partis", n'a ainsi pas pu s'empêcher de lâcher Jean-François Copé, petit sourire en coin. Et le spectre de la guéguerre Wauquiez-NKM de planer au dessus de l'assemblée.

>> LIRE AUSSI - UMP : le cercle des sarkozystes disparus

S'il assure avoir pour ambition de fournir un nouveau corpus idéologique à sa famille politique, "Jean-François Copé n'a jamais renoncé à servir l'Etat", assure un de ses proches. Pour ne pas insulter l'avenir, l'ancien patron de l'UMP a repris langue avec son successeur, un certain Nicolas Sarkozy. La guerre Copé-Fillon de l'automne 2012 puis l'affaire Bygmalion ont laissé des traces. Les deux hommes ne se sont pas parlé pendant des mois. Les noms d'oiseaux ont volé.

Des déjeuners avec ses ennemis d'hier

Sans-titre-2
Mais au nom du "rassemblement" dont il veut être l'architecte, Nicolas Sarkozy a reçu deux fois Jean-François Copé en quelques jours. Michèle Tabarot et Sébastien Huyghe, deux proches de ce dernier, ont même eu droit à des postes dans le nouvel organigramme du parti. "En tant qu'ancien président de l'UMP, c'est logique que Nicolas Sarkozy le reçoive. Cela s'est très bien passé, ils se sont dit les choses", assure Sébastien Huyghes. Quelles "choses" ? Rires gênés, on n'en saura pas plus.

>> LIRE AUSSI - Les "mots doux" de Sarkozy à Copé, Raffarin et Juppé…

La réconciliation avec Sarkozy (presque) actée, Jean-François Copé va désormais tenter de se rabibocher avec ses autres ennemis d'hier. "Il est dans une démarche de réconciliation. Il va rencontrer à déjeuner tous ceux qui l'ont poignardé dans le dos" (sic), confie un copéiste du premier cercle. Selon nos informations, un déjeuner a déjà eu lieu avec Valérie Pécresse, mercredi. Un autre est prévu prochainement avec Laurent Wauquiez. On aimerait être une petite souris.