Corse : la gauche à l'abordage

  • A
  • A
Corse : la gauche à l'abordage
@ MAXPPP
Partagez sur :

Sur l'île, Martine Aubry (PS) a assuré que les "Corses voulaient changer de politique".

Martine Aubry entend bien occuper le terrain. En déplacement de campagne à Ajaccio, la première secrétaire du PS, a assuré mercredi que "les Corses voulaient changer de politique".

"Cela fait 26 ans de droite qui n'ont pas porté un développement sain pour la Corse et les Corses (...) Aujourd'hui le rassemblement de toutes les forces de gauche montre bien que les Corses veulent changer de politique", a-t-elle estimé dans les rues d'Ajaccio en compagnie du député-maire de la ville Simon Renucci.

La gauche favorite

La gauche part grande favorite aux élections territoriales de dimanche en Corse, après avoir fusionné ses quatre listes dont le score total de 40,1% au premier tour la met en position de ravir le pouvoir à l'UMP.

Scellé à l'issue de longs pourparlers, l'accord prévoit que la liste sera conduite par le député radical de gauche de Haute-Corse et président du conseil général Paul Giacobbi. Sa liste, soutenue par le Parti socialiste, avait réalisé le meilleur score à gauche au premier tour (15,48%). Elle comprendra des représentants des trois autres listes : le Front de gauche (10,02%) conduit par un élu à l'assemblée sortante, Dominique Bucchini (PCF), celle soutenue par le PRG et conduite par le maire radical de gauche de Bastia, Emile Zuccarelli (8,05%) et la liste social-démocrate du maire d'Ajaccio, Simon Renucci (6,64%).

4 listes enregistrées à la préfecture

Paul Giacobbi a annoncé qu'en cas de victoire il présiderait le conseil exécutif de la Collectivité territoriale et Dominique Bucchini l'Assemblée de Corse.

Les nationalistes, dont les deux listes ont obtenu un résultat historique au premier tour avec près de 28% des voix, envisagent de l'améliorer. Mais elles partiront séparément à la bataille.

L'UMP se retrouve dans une position très défavorable. Assommée par son mauvais résultat (21%), la tête de liste, le député Camille de Rocca Serra, président de l'assemblée territoriale, a même été battu au premier tour par les nationalistes de Femu a Corsica (Faisons la Corse) dans son fief de Porto-Vecchio.