Jean-François Copé, président de l'UMP, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère et a fait montre d'un sens de la formule bien à lui, lundi lors d'un meeting à Nîmes. Il a d'abord dénoncé "l'échec complet", "profond" et "cuisant" de la politique de François Hollande, un an jour pour jour après son élection, et de son gouvernement, qu'il a comparé à un "bateau ivre". "Un an après" l'élection de M. Hollande, "qu'a-t-il fait de la France?", a demandé Jean-François Copé. "Rétrospectivement, les Français réalisent en frémissant que pour être élu, François Hollande a commis une véritable imposture. Une imposture qui saute aux yeux lorsqu'on reprend la longue litanie de ses promesses et de ses 'Moi, Président'", a-t-il ajouté.


"Et que dire du silence du président de la République sur l'affaire scandaleuse du 'Mur des cons', tenu par le Syndicat de la magistrature? (...) Ce 'mur des cons' désigne d'abord des hommes politiques qui ont un point commun, une tare indélébile: ils sont de droite", a renchéri Jean-François Copé, passant sous silence que Manuel Valls y figurait aussi. "Les cons, c'est nous, c'est vous, ce sont les justiciables, ce sont les victimes, c'est le peuple français, c'est tout ceux qui ne pensent pas comme eux. Que François Hollande et sa République des camarades prennent bien garde! Car je le prédis, il y aura bientôt un 'Printemps des cons'. Une réponse morale, civique et politique de cette France silencieuse qui ne supporte plus leur mépris", a-t-il dit, tandis que les applaudissements redoublaient.